Configuration pour la vidéo numérique

intel core I7

Le montage vidéo demande beaucoup de ressources de la part de votre ordinateur. Plutôt que de citer des modèles précis que vous ne trouverez peut-être déjà plus sur le marché au moment de la lecture cet article, voyons plutôt les éléments qui ont le plus d’importance pour vous aider à choisir une machine en fonction de sa fiche technique.

La fiche technique d’un ordinateur vous paraîtra vite soporifique et incompréhensible si vous ne vous concentrez pas sur les éléments essentiels. Ce qu’il est important de retenir, c’est que pour convenir au montage vidéo, votre ordinateur devra être puissant, car les fichiers provenant d’une numérisation super 8 que vous manipulez sont lourds et que les logiciels de montage sont gourmand en ressources.

Voici donc les quelques attributs auxquels vous devrez être particulièrement attentifs.

Calibrez votre écran pour l’étalonnage

Si vous souhaitez travailler correctement la colorimétrie de vos images, il est préférable de calibrer votre écran à l’aide d’un colorimètre. En effet, en réglages usine les couleurs sont souvent trop flatteuses avec une saturation excessive, des dérives parfois poussées dans les magentas ou les verts et une luminosité ou un contraste trop fort. La sonde et le logiciel qui l’accompagne vont permettre de créer un profil ICC permettant un affichage fiable des couleurs. Attention, une sonde ne peut pas faire de miracle et ne permettra jamais à écran au faible espace colorimétrique d’afficher un gamut Adobe 98, par exemple ! Ne lésinez donc pas sur l’achat d’un bon moniteur.

Le processeur

C’est certainement l’élément le plus important de l’ordinateur, car c’est lui qui effectue tous les calculs. Sa puissance est mise à mal lors de l’application des rendus et des exports. Sa fréquence de fonctionnement, exprimée en mégahertz (MHz), doit être élevée. Un i5 ou i7 « quadcoeur » est un minimum pour traiter de la 4K aisément. Si vous ne travaillez que sur de la Full HD, une cadence de 2 GHz sur deux cœurs peut suffire, mais plus votre processeur est puissant, mieux c’est !

La mémoire vive

La mémoire vive, ou ram, permet de stocker temporairement les informations traitées par l’ordinateur, ainsi que les résultats de calculs du processeur ou de la carte graphique. Plus l’ordinateur a de la mémoire vive, plus il calcule rapidement. 8 Go sont un pré-requis pour un travail fluide en full HD, mais si vous vous attaquez à la 4K, 32 Go ne seront pas de trop.

Le disque système

Le disque système stocke les informations relatives aux logiciels et au système d’exploitation. Il est consulté en permanence et doit donc  être particulièrement réactif. Les SSD deviennent la norme. Un SSD de 256 Go peut suffire au stockage de l’Os et des logiciels, mais sa faible capacité ne lui permet pas de stocker les données de traitement. Le plus simple est d’avoir un second disque dur qui tourne à une cadence d’au moins 7000 tr/min et de placer vos clips de vidéo numérique dessus. Ne stockez pas les rushes que vous êtes en train de monter sur le même disque dur que votre logiciel !

La carte graphique

La carte graphique est un élément essentiel du confort du monteur. Plus elle est puissante, plus elle soulage le processeur du calcul lors d’application d’effets ou de rendus ainsi qu’au moment du dérushage. En revanche, elle ne sera pas d’une grande utilité au moment de l’export. Là encore, la 4K demande des ressources conséquentes. Les Nvidia GTX Titan comptent parmi ce qui se fait de mieux pour le montage en 4K, mais les GTX 680 et 790 peuvent suffire.

Maintenez votre ordinateur en forme

Au-delà d’une configuration matérielle adaptée, il est important de gérer les ressources de votre ordinateur et d’assurer une bonne maintenance. Tuneup Utilities sur PC se révèle être un excellent logiciel pour cela. Extrêmement riche en termes de fonctionnalités et de personnalisation, ce logiciel permet d’optimiser votre système : nettoyage des disques durs, optimisation de la Ram, amélioration des performances et même gain d’autonomie pour les portables sont au programme. C’est un excellent compagnon de gestion des ressources de votre table de montage. Malheureusement, son prix voisin de 40€ ne le rend pas accessible à tout le monde.

L’écran

Asus PB297QVous l’aurez certainement remarqué, les interfaces des logiciels de montage sont encombrées et présentent plusieurs fenêtres. Pour un confort accru, nous vous recommandons vivement de travailler avec deux moniteurs afin de vos aménager un plan de travail ergonomique.

Les dalles brillantes sont à exclure, préférez de loin les dalles mates pour un confort accru. Un moniteur 24″ paraît un bon compromis, même si les 27″ ont tendance à se généraliser- attention au recul nécessaire. Les dalles TN présentent un bon contraste et une bonne réactivité, mais leurs angles de vision sont étroits. En revanche, les dalles IPS reviennent en force avec un bon contraste, une bonne réactivité, un noir profond et les prix baissent petit à petit.

Pour les connectiques, le HDMI 1.4 est la norme aujourd’hui et permet de transmettre un signal 4K 30 images par seconde. Le HDMI 2.0 commence à arriver et assure un débit plus fluide à 60 images par seconde. L’écran Iiyama XU2390HS offre des performances étonnantes pour une entrée de gamme. Ceux qui souhaitent un moniteur beaucoup plus grand pourront regarder du coté du BenQ BL3200PT avec son écran 32″ AMVA en dalle mate et sa résolution de 2560 x 1400 pixels, ou encore se rapprocher de l’Asus PB287Q lequel, avec son écran 28″ et sa définition de 3840×2160 pixels, permet de mettre un pied dans l’Ultra HD pour un prix défiant tout concurrence. Canon et Eizo proposent des moniteurs 4K spécifiquement dédiés à l’étalonnage, mais pour le moment leurs prix se situant entre 25000€ et 40000€ les destinent exclusivement aux sociétés de production.