Numérisation Scopitone

Cinématic 50 Scopitone super 8

Le Scopitone est un juke box pour clip sur film argentique. Nous réalisons la numérisation de film en cassette pour Scopitone. La numérisation de Scopitone permet de les regarder sans l’appareil Cinematic 50 prévu à cet effet.

L’ancêtre du vidéo clip, celui de la jeunesse dorée des années 60 c’est le Scopitone. Tout d’abord apparu au format 16 mm sonore, le Scopitone fut proposé plus tard au format Super 8.

Bien le film présente les mêmes caractéristiques qu’un film super 8 classique, la bobine qui était placée dans le Scopitone avait un axe centrale particulier. Cette axe central n’est pas compatible avec un projecteur ou un scanner de film.

Prestation de numérisation de Scopitone

Pour réaliser la numérisation de Scopitone super 8, nous devons dérouler le film sur une bobine classique pour la mettre dans le scanner. La numérisation se déroule ensuite comme une numérisation super 8 classique

Lorsque nous avons terminé le transfert du film super 8, nous rembobinons ensuite manuellement le film sur sa bobine d’origine.

La numérisation de Scopitone demande de l’attention pour l’étalonnage car il s’agit souvent de film qui sont usé par les nombreux visionnages dans l’appareil. Par ailleurs, il s’agit de copie positive de film négatif qui présentent souvent des problèmes des virages au rouge du film. Nous pouvons le corrigés dans une certaine mesure.

Présentation du Cinématic 50

Le Cinématic 50 est un juke box doté d’un dispositif de projection de film super 8 sonore. Son mécanisme est étudié pour assurer plus de 2000 projections. Il contient 50 bobineaux de films super 8.

Mécanisme Cinématic 50

Conçu et fabriqué à Montreuil-sous-Bois jusqu’en 1979, la production du Cinématic 50 à cessé après le décès de son créateur. La plupart des clips produits entre 1960 et 1976 ont été produit et réalisé par la SMC (Société des Machines Cinematic) en 35 mm. Une petite partie (10 %) venait de l’achat des droits de la société Cameca, fabricant du Scopitone jusqu’en 1970.

Après 1976 les clips étaient tournés en vidéo Ampex et transférés sur pellicule 35 mm à l’aide d’un procédé laser. Ensuite des copies super 8 sonores étaient réalisées par les Laboratoires Eclair à Epinay-sur-Seine.

Aller plus loin