Correction des films numérisés

Car l’émulsion d’un film est un composé chimique qui se transforme avec le temps il faut corriger les couleurs, les conditions d’éclairage lors de la numérisation du film ne sont pas celles qui étaient prévus par le fabricant du film, et aussi parce que certaines erreurs de prise de vues et défauts de caméras peuvent faire l’objet de corrections. Nous réalisons donc une correction des films numérisés.

Correction de l’exposition

Etalonnage

Lorsque la prise de vue à fait l’objet d’un mauvais réglage au niveau de l’exposition, la correction des films numérisés permet de récupérer l’image au moment de la numérisation mais également en post-production dans une certaine mesure. Ainsi toutes les images sombres peuvent-elle être éclaircie

Cependant, une image noire restera noire. En effet, si aucune information ne se trouve sur la pellicule, augmenter la puissance d’éclairement lors de la numérisation ou en postproduction ne donnera aucun résultat. Les passages sombres peuvent donc être éclaircis à condition qu’ils ne soient pas bouchés.

Correction colorimétrique

Vieillissement des films

Les films ont souvent virés au bleu, au magenta, voir même au rouge. Les dominantes sont plus ou moins marquées et diffèrent souvent au sein d’une même bobine où différentes émulsions peuvent avoir été mélangées.

Mauvaise température de lumière

Parfois l’opérateur a filmé en intérieur et omis de mettre un filtre sur son objectif pour corriger la température de couleur, d’où une dominante de couleur. A l’inverse il aura également oublié de mettre le filtre orangé pour filmer à l’extérieur (cas fréquent en super 8). Une dominante jaune apparait par exemple si l’on a filmé en intérieur avec un éclairage artificiel, et une dominante bleue en extérieur lorsque l’opérateur avait oublié de retirer le filtre pour éclairage artificiel.

Correction de l’éclairage avec le scanner

Notre scanner utilise un procédé d’éclairage par LED trois couleurs. Afin de compenser la décoloration chimique, nous pouvons jouer sur les teintes de base rouge, vert et bleu au moment de la numérisation en augmentant la puissance des différentes couleurs.

Nous procédons à de légères corrections également sur les tons moyens, mais il s’agit là d’une correction logiciel. La correction apporté par les couleurs de la LED doit ensuite être compensée en post production, car cette correction à un effet beaucoup plus importante sur les tons clairs que sur les tons moyens et les tons foncés.

 Correction en postproduction

Les dominantes de couleurs sont corrigées en post-production sur trois niveaux de tons (foncés, moyens et clairs). Permettant ainsi d’avoir la bonne image dès le début de la scène de votre film. La correction des films numérisés permet de compléter la correction réalisée au moment de la numérisation du film.

Nous utilisons un outil très puissant inclus dans Première Pro, il s’agit du filtre Lumetri qui permet des réglages très fins. En particulier nous pouvons corriger très précisemment les différentes courbes de couleurs et revenir sur notre correction en cas d’erreur, ce que ne permet pas le scanner une fois le film numérisé sous forme d’un fichier vidéo.

Le principale avantage de cette correction en post production est que cela nous permet de revenir sur nos réglages en cas d’erreur.

Correction de la vitesse

Certains films peuvent être montés à l’envers. Si la présence d’une piste sonore nous oblige à remettre le film à l’endroit pour effectuer la numérisation, cette prestation étant alors facturée, la majorité des films sont muets et nous pouvons réaliser une inversion des images au moment de la numérisation. Il nous faut également remettre le défilement dans le bon sens afin d’éviter de voir les personnages de vos films se déplacer en marche arrière. C’est à ce moment que nous effectuons la correction afin que les personnages se déplacent dans le bon sens.

Pour les films 16mm à deux perforations, ainsi que les films 9.5mm qui ont une perforation centrale, il arrive que les films soient en mode miroir car la position des perforations ne permet pas de reconnaitre le coté émulsion du film et cela a généré des erreurs lorsque les films ont été monté, ou lors d’un embobinage dans le mauvais sens. Nous effectuons une remise à l’endroit lorsque nous constatons que le film est à l’envers. Nous pouvons constater cela sur les panneaux routiers, les plaques d’immatriculations de véhicules, les enseignes ou de petits détails comme les personnages qui portent tous leur montre à droite…

Parfois nous devons effectuer une correction de la cadence de défilement du film qui n’a pas été correctement déterminée au moment de la numérisation. Par exemple nous avons mis un film à 24 images/seconde alors qu’en réalité il est à 18 images/seconde. Cette correction est très simple à effectuer avec notre logiciel de montage.

Sujets connexes