Le Super 8 et son dérivé le double Super 8

Parmi les formats de films amateurs, la création du Super 8, et son équivalent chez Fuji avec le Single 8, a répondu à plusieurs objets : la simplification de la mise en place du film par l’emploi du chargeur, la possibilité d’impressionner la totalité du contenu du chargeur sans avoir à retourner la bobine. Un seul type d’émulsion est prévu pour opérer aussi bien à la lumière du jour qu’à la lumière artificielle.

Le conditionnement du film Super 8 a influencé la fabrication des caméras ; un seul axe assure l’entrainement du film ; le presseur se trouve maintenant dans le chargeur.

Deux autres caractéristiques sont communes à toutes les caméras Super 8 : un micromoteur électrique et la présence dans l’appareil d’un filtre de conversion permettant l’utilisation de l’émulsion en couleur type « lumière artificielle » à la lumière du jour.

Le chargeur super 8

Les dessins ci-dessous montrent les détails de construction du chargeur. Le film de 8 mm de largeur est bobiné en galette et contenu dans le logement débiteur. Il fait une première boucle (supérieure) passe devant la fenêtre de prise de vues, effectue une seconde boucle (inférieure) et s’enroule sur l’axe récepteur ; il s’enroule alors en galette, dans un second logement parallèle au premier.

Trajet film et chargeur super 8

  • 1 Trajet effectué par le film dans le chargeur
  1. Noyau débiteur
  2. Noyau récepteur
  3. Presseur du chargeur
  • 2 Chargeur super 8
  1. Film de 8 mm de large avec perforations suivant nouvelle formule.
  2. Couloir de la caméra.
  3. Objectif de la caméra.
  4. Chargeur proprement dit, avec ses encoches de fonction.
  5. Presseur se trouvant dans chaque chargeur.

Rôles des encoches, de haut en bas : Réglage du posemètre ; positionnement  du chargeur dans la caméra ; ne concerne pas l’opérateur, mais seulement le laboratoire de traitement ; positionnement du filtre incorporé.

Le film super 8 – single 8

dimension super 8 & single 8Les dessins montrent les cotes du film Super 8. Il est livré en chargeur et mesure quinze mètres. Le film en couleurs actuellement disponible est compensé pour la lumière artificielle et aussi pour la lumière solaire : la sensibilité affichée est valable pour cette lumière.

Cotes de la nouvelle grande image. Dessin de gauche :

  • Comparaison de la nouvelle image trait plein (1) avec l’image donnée par le 8 mm traditionnel trait pointillé (2).

Dessin de droite : Les différentes cotes du film Super 8 et Single 8.

  1. Image enregistrée par la caméra.
  2. Surface d »image utilisable dans le projecteur : il y a une légère différence de surface entre l’image enregistrée sur le film et l »image projetée.
  3. Piste magnétique principale (ou emplacement réservé à cette piste).
  4. Piste de compensation ( ou emplacement réservé pour cette piste magnétique).

Pour l’emploi à la lumière solaire un filtre de conversion est prévu : incorporé à l’appareil, il se place sur le trajet des rayons lumineux en provenance de l’objectif. Pour les prises de vues à la lumière solaire le filtre est mis en service automatiquement par le chargeur. La sensibilité du film à la lumière artificielle (par exemple 40 ASA pour le cas du Kodachrome Il type A) est alors ramenée à 25 ASA en lumière du jour : on comprend que ce filtre, interposé sur le trajet des rayons lumineux, absorbe de la lumière et fait ainsi diminuer la rapidité apparente du film. L’Agfacolor CK 17 de 17 DIN (40 ASA) a une sensibilité de 15 DIN (25 ASA) à la lumière solaire avec le filtre de conversion en place.

Comment charger une caméra Super 8

Chargement cartouche super 8On ouvre le couvercle de la caméra, on pose un chargeur dans l’appareil, sans précaution particulière, de préférence à la lumière diffuse ; on referme le couvercle : l’appareil est alors chargé et prêt à fonctionner. On n’a plus à toucher au chargeur jusqu’à la fin du film.

Traitement et retour du film

Traitement et retour du film Le film doit être renvoyé dans le chargeur et dans l’emballage d’origine au fabricant qui se charge du développement et de la réexpédition. Le film vous sera rendu enroulé sur une bobine de projection, prêt à passer dans un projecteur prévu pour le Super 8.

PARTICULARITÉS. – Les cotes des films montrent la différence entre le Super 8 et le 8 mm traditionnel. Grâce à la réduction des perforations, l’image Super 8 a une plus grande surface, tout en laissant entre les perforations et le bord du film une marge, pour coller une bande magnétique destinée à une sonorisation éventuelle. En outre, le nouveau format Super 8 se prête plus rationnellement et plus économiquement à la copie et à l’établissement des films d’édition en partant des images de films professionnels de 16 mm ou de 35 mm.

Le double super 8

Le film double Super 8 rappelle par sa présentation le film « double 8 » ; mais l’image est celle du Super 8.

  • Le conditionnement est destiné aux emplois semi-professionnels, dans tous les cas où le film est utilisé dans le cadre du film d’enseignement ou de recherche. Des caméras spéciales ont été conçues pour utiliser le double Super 8.
  • Le film double Super 8 est livrable en bobine de 30 à 60 m de longueur ainsi qu’en galette de 120 m pour être mis par l’usager dans un chargeur spécial.
  • Ce film est employé dans la caméra, comme un film « double 8 » traditionnel : une première moitié (sur toute la longueur du film) est d’abord impressionnée, puis les bobines sont interverties ; on impressionne ensuite l’autre moitié du film.
  • Après traitement par le laboratoire, le film double Super 8, de 30 m à la prise de vues, sera coupé puis rendu en un film de 60 m Super 8 prêt à la projection. Ce métrage fournit 10 mn de projection à 24 images par seconde.
  • Toutes les manipulations depuis le montage jusqu’à la projection sont, pour ce double Super 8, identiques à celles du film Super 8.