Bauer VED 200

Bauer VED 200Matériel indispensable pour qui pratique la copie vidéo, le correcteur de signaux permet de préserver, sinon d’améliorer la qualité des images transférées. Le Bauer VED 200 remplit ce rôle à la perfection. D’une mise en place et d’une utilisation facile, il possède, néanmoins, l’avantage de réaliser des fondus audio et vidéo. Enfin, une sortie Monitor autorise le contrôle en parallèle, sur écran, des images l’entrée et à la sortie du VED 200.

Christian Dartevelle – mai 1998

En pratiquant le montage vidéo, ou même la simple copie de vidéo/vidéo, on ne peut que constater des différences entre l’original et la copie. Les images et les sons s’émoussent au cours de cette opération, les premières perdant une partie de leur définition, et les seconds se trouvant plus ou moins amputés de la partie supérieure du registre aigu. C’est ce que l’on constate, faute de pouvoir disposer de matériels de post-production vidéo propres à combattre ces phénomènes normaux. Pour qui dispose d’un appareillage adéquat, il est parfaitement possible de corriger les signaux audio et vidéo d’un original de médiocre qualité, de façon à en tirer une copie sensiblement améliorée. C’est ce que permet le correcteur vidéo VED 200 de Bauer, dont l’action s’étend des signaux audio monophoniques aux stéréophoniques.

Conçu principalement pour le traitement des signaux audio et vidéo, le VED 200 est avant tout destiné à améliorer les caractéristiques de transfert de ces derniers dans le cas de copies effectuées à partir d’un magnétoscope lecteur, vers plusieurs magnétoscopes enregistreurs. Adaptable à tout type de magnétoscope, il dispose de deux entrées commutables, munies de prises BNC/CINCH, pour la première et d’une prise DIN normalisée A/V à six contacts, pour la seconde.

Pour une copie sensible améliorée

Trois sorties sont prévues à l’arrière de l’appareil, dont deux équipées de prises BNC/CINCH, la troisième d’une prise DIN identique à celle utilisée en entrée. Un quatrième jeu de prises BNC/CINCH est toutefois prévu permettant le raccordement à un moniteur de contrôle. Nous y reviendrons un peu plus loin. Une dernière prise, un jack de 3,5 mm, autorise la télécommande éventuelle de la fonction départ/arrêt des magnétoscopes raccordés au VED 200. Cette opération est pilotée par l’intermédiaire de la touche Start placée sur le panneau avant de l’appareil. Deux jeux de commandes potentiométriques à glissière, qui contrôlent les signaux audio et vidéo en provenance de la source destinée à être enregistrée, ont été regroupés sur un panneau. Le transfert, étant donné la vocation du VED 200, est surtout envisageable dans le cas de la copie de vidéocassettes entre magnétoscopes, afin de pouvoir corriger les caractéristiques des signaux vidéo.

Face arrière Bauer VED 200
trois sorties. Deux BNC-CINCH et une DIN. La quatrième est prévue pour le raccord à un moniteur de contrôle. La mini-prise jack 3.5 mm (en bas à gauche) assure le déport-arrêt d’un magnétoscope.

Le bypass met le correcteur hors-circuit

Mais rien n’empêche de mettre à profit les nombreuses possibilités du VED 200 pour réaliser un montage de bande vidéo, en vue d’améliorer, au passage, les images provenant des séquences retranscrites. Et même de travailler celles-ci en jouant sur les divers paramètres pouvant bénéficier de ce traitement (couleur, brillance, contraste, netteté), ou, encore, d’ajuster le niveau et la balance des signaux audio, les circuits du correcteur étant prévus pour la stéréophonie.

Un commutateur mono/stéréo permet de mettre en parallèle les entrées raccordées à une source audio-stéréophonique lorsque l’enregistrement doit s’effectuer sur un appareil monophonique, ce qui est actuellement le cas pour la plupart des magnétoscopes, à l’exception des modèles hi-fi, ou de très rares appareils standards disposant de deux pistes linéaires.

Placée en partie basse du panneau avant, une commande à glissière permet de partager l’écran du moniteur de contrôle en deux parties. Celle de gauche reproduit l’image à copier, venant du magnétoscope lecteur, et celle de droite montre l’image obtenue en sortie du correcteur, après traitement : on peut ainsi d’un seul coup d’œil vérifier les effets des diverses corrections apportées aux images transmises vers les magnétoscopes enregistreurs. Signalons que sous l’action de cette commande, la ligne de séparation entre l’image originale et l’image corrigée peut être déplacée, à volonté, vers la droite ou vers la gauche de l’écran, de façon à améliorer l’observation des images corrigées, en fonction de leur contenu. Si on le souhaite, il est possible de mettre hors circuit le correcteur : on dispose pour cela d’un commutateur BYPASS qui, lorsqu’il est mis en service, retransmet directement aux bornes de sortie les divers signaux audio et vidéo appliqués à l’entrée de l’appareil, et évite ainsi de modifier les branchements dans le cas d’une installation à demeure du VED 200. L’intérêt majeur du VED 200 réside dans la possibilité d’agir sur les principales composantes des images vidéo au moyen de commandes séparées jouant respectivement sur leur luminosité (BRIGHTNESS), la saturation des couleurs (COLOR), leur netteté  (SHARPNESS), les contrastes (CONTRAST/FADE), cette dernière commande permettant, par ailleurs, de réaliser un fondu au blanc, à l’inverse de la commande de luminosité qui autorise un fondu au noir en position minimum.

Un savant dosage des signaux audio

Moins nombreuses, les commandes réservées aux signaux audio ne concernent que le volume et la balance sur les deux voies de transmission. Il en est ainsi quand on est en position stéréo, car en passant en position mono, il est possible d’utiliser la commande de balance comme un dispositif de mixage, ou de fondu-enchaîné sonore entre sources audio de nature différente (mono) appliquées sur les deux voies respectives de l’entrée que l’on a sélectionnée.

En revanche, on notera que le VED 200 ne dispose d’aucune possibilité de correction des signaux audio (commandes de graves et d’aigus, par exemple), ni de dispositif égaliseur de fréquences. Quant à la commande de gain, notons que dans le cas d’enregistrements effectués sur des magnétoscopes pourvus de circuits à réglage automatique de niveau – ce qui correspond à la très grande majorité des appareils du marché-, la manœuvre de cette dernière est en partie compensée par la CAG (Contrôle Automatique de Gain) des circuits audio de ceux-ci.

La sortie Monitor du VED 200 permet de profiter d’un effet « de volet » obtenu en agissant sur la commande Image Monitor. Ce dernier autorise le déplacement de la ligne de séparation entre l’image non corrigée (à gauche) et l’image corrigée (à droite). Effet « de volet » obtenu en jouant soit sur la commande Brightness pour un fondu au blanc, soit sur la commande Contrast-fade pour un fondu noir, le bandeau vertical correspondant – positionné à droite de l’écran – pouvant être, à volonté, réduit ou augmenté jusqu’à la quasi-totalité de ce dernier.

En fait, cette commande n’est vraiment efficace que sur les magnétoscopes hi-fi disposant de commandes de niveau à réglage manuel, à condition que l’accès à celui-ci soit autorisé par la mise hors circuit du réglage de niveau automatique.

Plus satisfaisant : Le contrôle au casque

Ceci se conçoit, tout naturellement, lorsque l’on procède à des enregistrements audio stéréophoniques de haute qualité, qui ne sauraient se satisfaire de la compression de dynamique inhérente à tous les systèmes de réglage de niveau automatique.

Les signaux audio, comme les signaux vidéo, transitant par les VED 200 peuvent être contrôlés en raccordant soit un moniteur TV, soit un téléviseur.

Dans ce cas, c’est via un cordon péritélévision, aux bornes BNC/CINCH de la sortie MONITOR de l’appareil, et en se fiant au niveau sonore délivré par les haut-parleurs de ces appareils ainsi connectés ; à moins que l’on ne se rallie à la formule, beaucoup plus satisfaisante, du contrôle au casque. Ce qui suppose que l’on fasse appel à un modèle à haute impédance ( ~ 300 ohms), un modèle à bosse impédance classique (4/8 ohms) ne pouvant convenir dans ce cas, puisqu’inadapté aux caractéristiques de charge des prises CINCH.

Au nombre de quatre, les potentiomètres linéaires qui sont affectés à la correction des images permettent d’agir, d’une part, sur les signaux de luminance et, d’autre part, sur les signaux de chrominance.

Bauer VED 200
Les curseurs gradués agissent sur le contraste, la couleur, la netteté de contour. La touche CONTRAST /FADE permet de réaliser un fondu au blanc : une fonction non négligeable

Pour les premiers, il s’agit de la brillance – ou luminosité – de la netteté – ou définition – et des contrastes des images devant être enregistrées après leur traitement dans le VED 200. Les signaux de couleurs, quant à eux, ne disposent que d’un seul réglage permettant de les intensifier, ou inversement de les affaiblir, jusqu’à les faire disparaître pour obtenir des images en noir et blanc. Mais pour qu’il en soit ainsi, ces signaux doivent être au standard de télévision en couleur PAL, les circuits contenus dans le correcteur vidéo étant uniquement adaptés à ces derniers. Si donc le VED 200 est utilisé en liaison avec un appareil fournissant, à ses prises d’entrée, des signaux vidéo au standard de télévision couleur SECAM, on risque une certaine désillusion. Car à l’inverse de ce qui se passe pour des signaux au standard PAL, il ne peut être alors question de modifier la saturation des couleurs des images transmises ; tout au plus, en effet, dans le cas de signaux au standard SECAM, constatera-t-on de très légères modifications des teintes de base, ceci étant par ailleurs associé à l’impossibilité de faire passer ces images en noir et blanc.

Moins efficace le raccord VED 200 au Secam

Les signaux couleurs au standard SECAM étant assortis d’une modulation de fréquence, les variations d’amplitude apportées par la manœuvre de la commande COLOR demeurent sans effet, contrairement à ce qui se passe pour les signaux couleurs au standard PAL.

Néanmoins, et cela mérite d’être souligné, les signaux couleurs au standard SECAM sont effectivement transmis par le VED 200. En conséquence, il est possible d’envisager l’utilisation du correcteur vidéo dans le cas de la copie de signaux de ce type.

La commande de brillance sera mise à profit pour éclaircir des scènes jugées trop sombres, ou, inversement, estimées trop claires, l’effet de correction étant apporté par la modification du niveau du blanc des signaux traités. La commande de netteté permet principalement de souligner, ou, au contraire, d’adoucir les contours des images visionnées, l’effet souhaité résultant de l’amplification, ou, à l’inverse, de l’atténuation des fréquences vidéo les plus élevées, le maximum d’effet étant obtenu à 2 MHz. La commande de contraste, enfin, agit plus particulièrement sur le niveau du noir des images, qu’il est possible de diminuer jusqu’à les faire disparaître, par assombrissement total, réalisant ainsi soit un fade fin, soit un fade out selon que l’on choisit de foire disparaître ou apparaître progressivement celles-ci. On notera, à ce propos, que l’action de la commande de contraste entraînant une modification de la luminosité, il est nécessaire de combiner les deux manœuvres.

Si la source de signaux vidéo utilisée est ou standard de télévision couleur PAL, son raccordement au correcteur VED 200 sera suivi d’un plein effet ou niveau du dosage de la saturation des couleurs, que l’on pourra donc pousser si elles paraissent délavées, ou atténuer si elles se révèlent trop accentuées. Si l’on port d’une source de signaux vidéo au standard de télévision couleur SECAM – ce qui se vérifie dans la majorité des cas – il faudra obligatoirement intercaler, dans la liaison avec le VED 200, un transcodeur SECAM/PAL ; du moins, si l’on veut pouvoir jouer sur le dosage des couleurs des images d’origine.

Dans l’un ou l’autre des cas, le (ou les) magnétoscope(s) utilisé(s) aux fins de copie devra être adopté ou standard PAL.

Néanmoins il est possible d’utiliser des appareils ou standard SECAM, à condition de mettre en œuvre un autre transcodeur, mais, cette fois, du type PAL/SECAM, entre les sorties du VED 200 et les entrées vidéo de ces appareils. Nous n’avons toutefois envisagé cette éventualité que pour montrer qu’il est toujours possible de trouver une solution pratique à un problème jugé épineux.

Dans la réalité, il est certain que l’utilisateur fera en sorte, dans la mesure du possible, de travailler en standard couleur PAL, afin d’éviter de compliquer exagérément les interconnexions.

Un remarquable rapport signal/bruit

Mais, également, pour ne pas faire subir aux signaux vidéo une cascade de transformations qui ne peuvent qu’altérer leurs caractéristiques originelles.

Ce n’est évidemment pas le cas lorsque le VED 200 est inséré dans une chaîne d’appareils prévus pour le PAL. On peut, alors, profiter du remarquable rapport signal/bruit vidéo de l’appareil, celui-ci atteignant en effet 70 dB, une valeur qui garantit une absence totale de granulation visible. Et que l’on peut vérifier de visu, grâce à la sortie MONITOR permettant de visionner côte à côte les deux parties de l’image disponible à l’entrée de l’appareil et de celle présente au niveau des bornes de sortie ; cela, dans l’hypothèse où les diverses commandes vidéo sont en position médiane. Car, lorsque des corrections sont apportées, l’image de sortie est évidemment différente de l’image d’entrée, le rapport signal/bruit ayant notamment tendance à croître légèrement ou fur et à mesure que l’on pousse un peu trop sur les corrections.

Il n’y a toutefois là rien que de très normal, l’accumulation des corrections, de même que l’exagération de celles-ci, jouant évidemment contre le rapport signal/bruit vidéo initial de l’appareil.

Des fondus en guise de transition

Bien que non prévue à cet usage, la sortie-vidéo MONITOR peut parfaitement être raccordée à l’entrée d’un magnétoscope enregistreur ; cela, afin de profiter de certains effets dus ou déplacement de la ligne de séparation entre l’image originale et l’image travaillée, pour créer ; par exemple, un volet (blanc ou noir) se déplaçant latéralement, ou définir une zone fortement colorée ou contrastée, à surface essentiellement variable, etc. A ce niveau, ce n’est plus qu’une question d’imagination.

Tout ceci ne doit évidemment pas faire oublier la fonction première du VED 200 qui est de permettre la correction des signaux vidéo, destinés à être recopiés, de façon à ce que la copie soit aussi proche que possible de l’original. Et parfois, sinon meilleure, du moins davantage exploitable en matière de luminosité, de netteté, de contrastes ainsi que de la restitution des couleurs. Toutes choses que le VED 200 accomplit de manière efficace et simple, y compris les fondus d’images, très prisés pour réaliser des effets de transition dans le cas de montages vidéo auxquels cet appareil se prête fort bien ; d’autant que, en parallèle, on peut procéder à des effets audio similaires.

Caractéristiques Bauer VED 200

Section vidéo

  • 2 entrées commutables : Prises DIN/BNC
  • 3 sorties parallèles : 1 prise DIN ; 2-prises BNC
  • 1 sortie MONITOR, avec partage d’écran : Prise BNC
  • Rapport signal/bruit : 70 dB (100 % de blanc)
  • Bande passante : 5 Hz-7 MHz

Section audio

  • 2 entrées commutables : Prises DIN/CINCH
  • 3 sorties parallèles : 1 prise DIN ; 2 prises CINCH
  • Rapport signal/bruit : 82 dB (non pondéré)
  • Bande passante : 10 Hz-100 KHz
  • Distorsion : 0,005 %
  • Diaphonie : 75 dB

Les plus

  • L’efficacité des corrections
  • La disposition logique des commandes
  • Le monitoring avec portage d’écran
  • Les trois sorties en parallèle
  • L’excellent rapport signal/bruit
  • La possibilité de fondus audio et vidéo
  • La simplicité de mise en œuvre

Les moins

  • L’absence de corrections en audio
  • L’obligation de transcoder en PAL les signaux couleurs SECAM, si l’on veut travailler ces derniers
  • Les arêtes vives du coffret

cv 006