Carte Fast FPS60

Cet article qui date de septembre 1995, nous permet de jeter un œil sur le passé et constater ainsi le chemin parcouru dans le domaine de la vidéo numérique.

Double Trame

Fast Fps 60Bras de fer entre les différents acteurs du marché pour offrir de la, vidéo numérique de qualité à un prix plus compressé que les images elles-mêmes. Première à ouvrir le feu pour cette rentrée la carte FPS 60 de chez Fast Electronique. Numérisation en double trame et affichage Overlay, elle gère les deux.

Jusqu’à présent, les familles du montage numérique étaient séparées par une ligne de démarcation. Du virtuel cher et performant ou des cartes abordables ne gérant qu’une trame du signal vidéo. Les vidéastes soucieux d’obtenir en sortie d’ordinateur une image aux qualités comparables à du montage S-Vidéo restaient sur leur faim. Le virtuel bon marché tiendrait-il un jour toutes ses promesses ? Le pas franchi par Fast réjouira ceux qui réclamaient des images mieux définies et des panoramiques ou des sujets mobiles qui ne soient pas affectés d’un mouvement saccadé par omission d’une trame à la capture.

La carte travaille dans une résolution de 384 x 288 en monotrame. Mais elle est également capable de capturer dans son mode de  fonctionnement double trame deux fois plus de pixels dans le sens de la hauteur. En revanche, elle ne sait pas capturer la totalité des pixels dans le  sens de la longueur.

Ce n’est pas du 768 x 576 mais du 384 x 576. Cela dit, l’image offre une belle qualité en restitution qui devrait séduire toute une frange de sceptiques.

Installation

L’insertion de la carte est du type Plug and Play sur un simple Bus ISA. Quatre cartes peuvent être implantées sur un même PC. La FPS 60 gère l’Overlay (la vidéo en incrustation sur l’écran de l’ordinateur) sur la carte graphique déjà implantée sur le PC. Un connecteur externe permet cette association. Deux entrées vidéo et une sortie, en composite et en Y/C, sont les connexions principales auxquelles s’ajoute une sortie CVBS pour moniteur. La carte accepte les Pal, Secam et NTSC en entrée, qu’elle ressort en Pal et NTSC. Une extension MPEG est disponible sous la forme d’une carte fille. Ainsi les CD-Vidéo pourront être lus si le PC est équipé d’un lecteur de CD-Rom. Et l’offre logicielle qui indut Adobe Premiere 4.0 Lite et Photoshop 2.5 propose aussi le compresseur MPEG soft de chez Xing. Les films AVI produits avec la FPS 60 peuvent ainsi être transformés dans ce standard.

Installation Fast FPS 60Si Video for Windows n’est pas installé sur la machine, c’est le premier soft à implanter. Fast livre en standard un runtime . Ensuite, il ne reste qu’à charger le logiciel de la FPS 60 et Adobe Premiere 4.0. Après avoir choisi une adresse de port parmi huit et une fois ce choix validé par analyse de la configuration, le gros du travail de mise en oeuvre est fait. Pour le transit des données de l’affichage de la vidéo en Overlay, deux options supplémentaires sont offertes : Memory Mapping et UMB. Le premier crée une reproduction de chaque image en mémoire avant de la lancer en affichage tandis que la seconde adresse une zone de 64 ko dans la mémoire haute pour provoquer des échanges de données plus rapides de l’unité de stockage des images vers l’affichage. Ces choix sont facultatifs et visent à améliorer les transferts de la vidéo vers l’écran. Ils n’affectent en rien le débit et le traitement du signal vidéo. En cliquant sur l’option Display Adjust, une nouvelle fenêtre permet d’effectuer des réglages qui ajustent la vidéo en Overlay. L’incrustation de la vidéo sur le moniteur informatique évite de s’encombrer d’un moniteur vidéo pour visualiser ses séquences.

Acquisition

Numérisation Fast FPS 60Ces réglages effectués, les différents logiciels de capture du marché peuvent être employés dont le Vidcap de Vidéo For Windows. En travaillant avec Adobe Premiere 4.0, on peut capturer des séquences vidéo sans quitter le logiciel de montage, ce que la plupart des utilisateurs apprécieront. Celui de la FPS 60 se lance en cliquant sur l’icône Movie Capture. Après avoir défini la source vidéo (1 ou 2), le standard Pal, Secam ou NTSC et avoir éventuellement validé le S-Vidéo, il reste à paramétrer les options de capture. Un rythme de vingt-cinq images par seconde s’imposera pour nos standards européens, une durée limite d’acquisition pourra être fixée en secondes et l’audio sera ou non numérisé simultanément. Une zone particulière (Buffer) peut être allouée en mémoire pour stocker les images(1 à 999 images) pour compenser les courts instants où la tête du disque dur bascule entre deux pistes et éviter la perte d’informations qui se traduirait en lecture par des sautes d’images.

L’option Best Quality optimise les choix de compression pour garantir une synchronisation parfaite entre l’audio et la vidéo et éviter les pertes d’images par régulation des débits de transfert. A la rubrique Video Format, on pourra spécifier le choix d’une ou deux trames en capture avant de paramétrer le taux de compression par curseur. La modification fait apparaître le débit théorique en ko/sec. et le taux entre 1:13 et 1:110. Pour atteindre 1:13, un Pentium musclé avec une bonne gestion des disques Fast IDE ou Fast SCSI-2 est un bon choix de configuration. La gestion des transferts disques semble plus cruciale que la puissance pure du processeur. Sur le Pentium 90 du test, il fallait raisonnablement tabler sur 1:16 sous peine d’accuser des pertes d’images en double trame. Sur disque dur les fichiers vidéo et audio occupent environ 30 Mo pour une minute de vidéo en acquisition simple trame et 60 Mo en double trame. Dans la meilleure qualité, on peut donc estimer qu’un disque d’l Go contient un peu moins de 17 minutes de rushes. A noter que ces données sont variables selon la qualité de la vidéo et de l’audio retenues. La qualité de l’image en Overlay comme en acquisition est paramétrable. On peut ainsi influer sur la couleur, le contraste, la luminosité, la saturation et la netteté.

Exploitation/montage

Les rushes capturés avec la FPS 60 sont donc des films en MJPEG à la norme AVI. Toutes les applications Windows peuvent donc accueillir ces éléments et les ouvrir, à la condition que le PC dispose de la carte de Fast. Dans un tableur (en vue, par exemple, de constituer une base de données), dans un traitement de texte ou un programme de présentation assisté par ordinateur (PréAO), on pourra déclencher la lecture de ces séquences vidéo.

L’utilisation majeure sera sans conteste d’éditer des films puis de les recopier sur cassettes. On pourra donc employer en montage Adobe Premiere 4.0 en version limitée, qui est livré avec la carte FPS 60. Par rapport à la version complète, on notera que le nombre des filtres et des volets est plus réduit ou que la création de trajectoires et la gestion des time code n’existent pas. Adobe France propose l’upgrade pour 1 000 F H.T., investissement raisonnable. Les séquences lues dans Premiere correspondent à une image considérée comme étant du 768 x 576. Dans les choix de sortie vidéo, il faudra donc spécifier 768 x 576 et le traitement d’une image complète plutôt que trame 1 ou trame 2. Dans les paramètres de compression, on aura recours au compresseur Fast, pour préciser que l’acquisition doit s’effectuer à 25 images/sec. et tester une qualité de compression entre 80 et 100 % selon les performances associées processeur/gestion des disques durs. Résultat : les séquences montées conservent une qualité assez proche visuellement de la première génération sur bande vidéo. Ces progrès constants de la vidéo numérique finiront à coup sûr par l’imposer auprès d’un plus large public.

Xing MPEG + Carte

L’option d’une carte de décompression MPEG séduira tous ceux qui souhaitent utiliser ce standard pour des applications multimédia ou plus simplement visionner les films et les jeux sur CD qui y font appel. Cette carte fille à enficher sur la FPS 60 est livrée avec trois CD-Vidéo. Les films édités avec Adobe Premiere peuvent être recompressés avec la solution logicielle de chez Xing, livrée avec la carte.

En Bref

La bataille s’annonce chaude autour des cartes abordables sachant gérer de la vidéo de meilleure qualité. Fast ouvre le bal avec un produit offrant un excellent rapport qualité/prix. C’est presque le prix du seul logiciel Premiere d’Adobe dans sa version complète achetée isolément ou bien celui de Photoshop dans sa version 3.0, voire du compresseur MPEG de chez Xing il y a quelques mois. Pour un peu plus de 5 000 F T.T.C., ces programmes en version allégée accompagnent la FPS 60. Raison de plus pour s’initier aux joies de la vidéo numérique.

Caractéristiques Fast FPS 60

Compresseur Vidéo
  • ZORAN/FAST
Standard Vidéo
  • Pal, Secam (en entrée seulement), NTSC.
Numérisation
  • Motion JPEG en YUV 4:2:2, 16,7 millions de couleurs.
Ration de compression
  • 1 :13 à 1 :110
Capture/restitution
  • 25 ou 50 trames /seconde en Pal /Secam 30 ou 60 trames/seconde en NTSC.
Acquisition
  • 384 × 288 (simple trame) ou 384 × 576 (double trame).
Prix Indicatif (Septembre 1995)
  • Environ 4 400 F HT pour la FPS 60 (670 €)
  • Environ 2 200 F HT pour l’extension MPEG (335 €)

CV 86