Fuji M-680

Fuji M-680Avec ce modèle, Fuji gagne un ambitieux pari : produire un camescope de moins d’un kilo, complet et doté de fonctions encore inédites dans la gamme des camescopes video 8 de poing. Le « scrolling », par exemple, soit le défilement vertical du bas vers le haut de titres ou dessins mémorisés et numérisés. La réduction de poids et de taille tient en partie à l’utilisation d’un tambour d’analyse de 26,66 millimètres de diamètre. Un banc d’essai qui a enthousiasmé notre spécialiste ès caméras, Christian Dartevelle. Le Fuji M-680, appareil de haut niveau, crée une véritable surprise parmi les vidéastes.

Christian Dartevelle – mai 1989

Il pèse moins d’un kilo et ne cède en rien aux performances des autres modèles haut de gamme. C’est le Fuji M-680. Macrozoom puissant à commande électronique, autofocus, fonctions avance et retour rapides, visualisation accélérée AV/AR, arrêt sur image, incrustation de titres, commande manuelle du diaphragme, arrêt automatique, insertion de séquences ; mais aussi : datation, contrôle et lecture des séquences enregistrées… Une panoplie à laquelle ne peuvent prétendre certains « poids plume » qui se contentent de fonctionner dans le seul mode enregistrement et sont dépourvus de viseur électronique.

Neuf cents grammes sur la bascule : un record auquel ne sont pas étrangers certains perfectionnements techniques. Notamment un tout nouveau tambour d’analyse qui, malgré ses cinq tête rotatives, est à la fois plus léger et compact que dans les précédentes versions. Avec seulement 40 mm de diamètre, les tambours d’analyse des appareils Vidéo-8 s’avéraient déjà on ne peut plus compacts (62 mm pour le VHS « full size » et 41,33 mm pour le VHS-C) . Aujourd’hui, avec le camescope M-680, doté d’un tambour d’analyse de 26,66 mm de diamètre, le gain d’encombrement avoisine 50 %. Merveille de compacité et de légèreté, ce modèle mesure seulement 10,6 × 11,2 × 30 cm hors-tout et pèse, batterie NP-55 comprise, 1050 g.

Comme pour les camescopes VHS-C, le nombre des têtes vidéo d’analyse a été porté à quatre. Ainsi, les cassettes restent compatibles avec les appareils comportant les deux têtes traditionnelles. L’enroulement de la bande magnétique sur le mini-tambour s’effectue sur 292° (au lieu de 221° pour le tambour classique de 40 mm), cette valeur correspond au seul balayage des pistes vidéo.

Le capteur vidéo

Fonction caméra Fuji M-680Autres modifications, toujours en préservant la compatibilité entre ancienne et nouvelle générations, la vitesse de rotation du mini-tambour a été portée à 2 250 tours/minute, au lieu des traditionnels 1500 tours/minute. Le nombre de commutations des têtes a doublé par rapport aux appareils à deux têtes, mais sans qu’il en résulte le moindre bruit apparent.

Le principe de la tête d’effacement volante (la cinquième tête du tambour) demeure, de façon à pouvoir réaliser des insertions de séquences sans bandes parasites. Celles-ci subsistent toutefois durant les arrêts sur images, la technique des têtes jumelées à azimuts croisés, qui pallie cet inconvénient, n’ayant pas été retenue.

Au vu de ses ambitions, le M-680 se devait de proposer un capteur haute résolution. C’est bien le cas avec son CCD qui totalise 495 000 pixels (440 000 pixels utiles) disposés sur une cible 2/3 de pouce associée à un macrozoom × 6 (12-72mm ; f:1,6). L’ensemble affiche une sensibilité minimale de 7 lux, ce qui est excellent. Ce capteur – commun à d’autres réalisations haut de gamme –  ne mérite que des éloges : excellente définition (près de 400 points/ ligne), grande fidélité dans la restitution des couleurs, mais aussi totale indifférence à l’éblouissement.

partie magnétoscope Fuji M-680On ne peut en dire autant du système autofocus. En effet, celui-ci fonctionne par détection des contrastes (TCL). Il exige donc, à la fois, un seuil minimal d’éclairement, des contrastes marqués et, surtout, un temps certain d’intervention lié aux « hésitations » de la mise au point. Dommage que le constructeur n’ait pas jugé bon de prévoir un bon vieil infrarouge, à défaut d’un autofocus plus performant, travaillant par détection de phase, par exemple. Fort heureusement, ce regret est en partie compensé par la possibilité d’agir manuellement sur la commande du diaphragme et la balance des blancs. Ces interventions ne sont toutefois possibles qu’après déverrouillage. Le mécanisme de blocage étant couplé au sélecteur de vitesse d’obturation.

Fait rassurant, toutes ces interventions sont signalées dans le champ du viseur électronique. S’y inscrivent en surimpression : « Iris », pour le diaphragme et « Indoor » ou « Outdoor » pour la balance des blancs, lorsque l’on passe en mode manuel.

Les effets

L’indication « Hold » avertit l’utilisateur que la correction automatique de température de couleur a été mémorisée. Une possibilité fort intéressante si la source d’éclairage se modifie et pour fabriquer une ambiance.

Touches d'effets Fuji- -680A l’exemple d’autres réalisations, le M-680 dispose de la fonction INCRUSTATION, réalisée par numérisation – ou « digitalisation » – de caractères, tracés, dessins, silhouettes… présentant des contrastes élevés. Cette formule permet de réaliser aisément, même sur le terrain des titres susceptibles d’agrémenter les images au cours des. prises de vues. Deux pages de titres mémorisables peuvent être appelées à tout moment. Les huit couleurs disponibles (violet, jaune, noir, blanc, bleu, vert, cyan, et rouge) donnent aussi la possibilité de réaliser des caches colorés pour peu que l’on prenne la précaution de tracer les fenêtres en blanc sur fond noir. Un procédé déjà connu. La grande nouveauté, c’est ici l’effet de SCROLLING qui permet de faire défiler, verticalement et du bas vers le haut, les caractères, dessins, tracés… préalablement mémorisés et numérisés. Une opération actionnée par la touche COLOR/MODE.

La balance des blancs

Le « scrolling » régit d’autre part la mise en couleurs du titre choisi et se manœuvre séquentiellement. Le passage au mode d’incrustation fixe ne peut intervenir qu’une fois le défilement en cours achevé.

Confiées à un large écran de contrôle à cristaux liquides, disposé sur le côté gauche du camescope, toutes les informations concernant le fonctionnement de l’appareil se retrouvent dans le viseur électronique. Un véritable tableau de bord où viennent s’inscrire, en surimpression, tous les paramètres à connaître : le type de mise au point, la commande de diaphragme, la balance des blancs, le compteur de bande, la fonction mémoire, le mode de défilement, la vitesse d’ obturation, la date, l’heure, le titre choisi, la couleur d’accompagnement, le mode d’incrustation, l’état de la batterie, la fin ou l’absence de cassette, la pause, le ralenti et l’arrêt sur image. Sans oublier la présence d’humidité ou l’encrassement des têtes vidéo ! L’indication de ra vitesse de défilement choisie s’affiche elle aussi (SP ou LP). La sélection dépend d’un petit curseur linéaire, placé dans le compartiment de la pile au lithium qui alimente l’horodateur et maintient en mémoire les signaux destinés à l’incrustation des deux pages de titres. Une nouveauté : le sélecteur de vitesse n’est pas combiné avec la fonction « Edit », dont le rôle est de compenser les pertes affectant les signaux au montage. En effet, cette correction est assurée à partir d’un curseur séparé dont l’usage n’est toutefois conseillé que pour la copie car elle souligne le contour des images.

Le viseur électronique du M-608 ne détient pas l’exclusivité de l’affichage. Le camescope comporte en effet une touche DATA SCREEN qui permet de transférer toutes ces indications sur l’écran du téléviseur de contrôle. Très pratique lorsque l’on doit procéder à la recherche de séquences, au montage. On peut alors suivre aisément le défilement du compteur de bande (dont les données sont affichées en temps réel) ; ce qui n’est pas le cas lorsque l’on conserve l’œil rivé sur le viseur. Une remarque qui s’applique tout autant au contrôle de la vitesse d’obturation qu’à la sélection de la balance des blancs. Ces fonctions étant appelées séquentiellement, on doit s’en remettre au rappel alphanumérique de leur mise en œuvre. Les paramètres vérifiés, il suffit de solliciter à nouveau « Data Screen » pour effacer toutes les informations de l’écran, à l’exception de l’heure ou de la date.

Tranchant sur bon nombre de réalisations actuelles, on constate le judicieux équilibre de la balance des blancs obtenu en mode automatique. Un progrès à porter au crédit du procédé TCL  utilisé, qui ne fait pas appel à un capteur d’analyse annexe, mais à certaines cellules spécialisées de la cible semi-conductrice du CCD.

Obturateur électronique à six paliers

Il réagit donc uniquement à la lumière qui éclaire le sujet. Une excellente formule qui ignore la lumière ambiante lorsqu’elle diffère de la source principale. En outre, elle offre des couleurs très naturelles, sans la dominante bleutée qui caractérise la plupart des dispositifs traditionnels de balance automatique.

Mais toute médaille possède son revers. Cette balance TCL réagit mal à certaines situations.

Lorsque, par exemple, le sujet cadré se détache sur un vaste arrière-plan monochrome. Dans ce cas, la couleur du fond étant prédominante, l’automatisme du dispositif aura tendance à la compenser par une dominante complémentaire. D’où la nécessité de passer alors en mode manuel et de choisir l’un des deux pré-réglages de référence : 5 800 K (OUTDOOR), ou 3 200 K (INDOOR) ; ou encore de mémoriser au préalable (position HOLD), lorsque l’on est en mode automatique, la correction de température de couleur correspondant à une ambiance considérée comme normale.

Sortie audio Fuji M-680On le voit, le M-680 est armé pour des situations délicates en matière de colorimétrie. Même constatation en ce qui concerne l’adaptation de la mesure automatique de l’exposition. Pour la corriger, en toutes circonstances (contre-jour ou hautes lumières par exemple), il suffit d’agir sur la commande manuelle du diaphragme. C’est elle qui permet de réaliser des fondus à l’ouverture (FADE IN) ou à la fermeture (FADE OUT).

Reste à évoquer l’obturateur électronique à vitesse variable. Il ne comporte pas moins de six paliers de réglage s’échelonnant entre le 1/50 set le 1/4000 s. D’ordinaire, la sélection des vitesses, lorsqu’elle est obtenue séquentiellement, commence par appeler les vitesses d’obturation les plus élevées. Pour le M-680, c’est le contraire. En procédant de la sorte on mesure mieux la réduction progressive de sensibilité opérée par les vitesses rapides et l’assombrissement qui l’accompagne. Un bon point supplémentaire à porter à l’actif de ce camescope.

Caractéristiques Fuji M-680

Section caméra

  • CAPTEUR : CCD 2/3 de pouce – 495 000 pixels
  • OBJECTIF : Macrozoom 12/72 mm – f/1,6
  • MISE AU POINT : Automatique (TCL) et manuelle
  • SENSIBILITE : 7 lux-100 000 lux
  • OBTURATEUR : 1/50s, 1/120s, 1/250s, 1/1000s et 1/2000s, 1/4000s
  • VISEUR : Electronique – 0,7 pouce – Mobile

Section magnétoscope

  • FORMAT : Vidéo8
  • STANDARD : PAL
  • VITESSE(S) DE DEFILEMENT : SP : 2,005 cm/s – LP : 1,005 cm/s
  • REPONSE AUDIO : 60-15 000 Hz
  • SORTIE AUDIO VIDEO : Cinch
  • DIMENSIONS L × H × P : 10,6 × 11,2 × 30 cm
  • POIDS : 900 g (sans batterie) – 1,05 kg (avec batterie NP-55)
  • AUTRES FONCTIONS : Incrustateur de titres – Mode « scrolling » – Horodateur. Diaphragme auto et manuel. Balance des blancs pré-réglée- Touche de transfert « Data Screen »
  • PRIX INDICATIF : 15900 F (2424 €)

Les plus

  • La compacité et la légèreté du camescope
  • La définition des images
  • La fidélité des couleurs
  • Le titrage par incrustation
  • Les possibilités de la fonction « Scrolling »
  • Les automatismes débrayables
  • La commande manuelle du diaphragme
  • Les pré-réglages du blanc « de référence »
  • L’écran de contrôle à cristaux liquides
  • L’obturateur électronique à vitesses rapides
  • Les nombreuses informations dans le viseur
  • La touche de transfert « Data Screen »
  • La mémorisation de la « balance » des blancs
  • Le système horodateur
  • Le correcteur de copie (« Edit »)

Les moins

  • Les « hésitations » de l’autofocus
  • Les bandes de parasites en arrêt sur image
  • la conception du sélecteur enregistrement/lecture

cv 17