Pinnacle Miro DV300

Carte Miro DV300Pour combler son retard en montage DV, Pinnacle lance la miroVIDEO DV300. Amélioration du concept de feu la DV100, la nouvelle carte de numérisation offre une sortie DV et emprunte : « l’Instant Video » à la DC30+.

Sylvain Pallix – février 1998

Dans un premier temps, les fiançailles du DV et de miro avaient tourné à des noces aigres-douces. Précédente tentative de la marque, la DV100 n’intégrait pas de sortie DV. Elle se proposait de travailler de concert avec la DC30 en MJPEG pour offrir une sortie vidéo vers des matériels analogiques. En France, cette carte a rencontré une dizaine d’acquéreurs et miro l’a partielle­ment reprise. Une mise à jour préférentielle sera proposée à ceux : qui la possèdent. Au programme de la DV300 entrée-sortie DV, mais aussi traitement d’images sans perte de qualité puisque le montage s’effectue en DV.

Présentation

Une carte (Adaptec 8945), un : câble DV/DV, deux CD-Rom : (dont Adobe Premiere 4.2 LE et Photoshop 3.0 LE) et un manuel, voilà l’offre proposée par Pinnacle. La DV300 s’intéresse tant aux utilisateurs de PC qu’aux adeptes du Macintosh puisque d’emblée le CD-Rom contient drivers et logiciels pour Windows 95/NT et Mac OS 7.5.3 (et supérieur).

La version 8945 de la carte comporte deux connecteurs (un externe et un interne) pour relier des périphériques SCSI, ce qui évite l’achat d’un contrôleur et économise un slot PCI. Parmi ces périphériques figurent bien sûr au premier plan les meilleurs disques durs pour l’audio et la vidéo à la norme Ultra-Wide SCSI.

Contrôle et dérushage

Avant de capturer de la vidéo, un check-up du PC valide le fonctionnement de la carte et des connexions. Le programme analyse les performances des disques durs pour savoir s’ils peuvent encaisser le flot DV à jet continu (3,6 Mo/s). Les disques SCSI 2 AV (audio-vidéo) et surtout Ultra-Wide SCSI (SCSI-3) offrent d’excellentes performances pour travailler en DV. Enfin, notez que les modèles Ultra DMA, moins coûteux, ne sont pas en reste.

Pour ceux qui souhaitent traiter leurs films en MJPEG avec une DC30 ou DC30+, Pinnacle propose une option d’optimisation. Un outil de type magnétoscope pilote le lecteur par le câble FireWire, il permet de choisir une à une les séquences à transférer vers le PC, voire de laisser rouler la bande pour capturer à la volée. Originaux à plus d’un titre, les miroDVTools facilitent dérushage et prémontage.

Dérushage automatique Miro DV300Ainsi, le mode Dérushage automatique commence par rebobiner toute cassette introduite dans le lecteur, puis lance la lecture. A chaque prise de vues, les points In et Out du time code sont saisis et assortis d’une vignette qui correspond à la première image. En fin de bande, l’utilisateur dispose d’une bibliothèque de séquences sur lesquelles il peut intervenir pour préciser un choix (redéfinition des points In et Out). Bien entendu, cette bibliothèque est mémorisable. On peut en extraire les séquences et les « glisser-déposer » à la souris dans une fenêtre de présélection Capture Gallery. A partir de là, les segments sélectionnés sont capturés dans l’ordre de placement.

Bien étudié pour la plupart des fonctionnalités, le magnétoscope souffre d’une commande Shuttle (navette) mal placée. Elle mériterait de se trouver au centre de l’interface, proche des autres commandes (Play, Pause, Stop)…

On peut imaginer une évolution de ce logiciel, pour que demain il réalise du montage de bande à bande entre deux appareils DV, ne nécessitant d’importer vers le PC que les plans à truquer (via Premiere) avant de les intégrer sur la time line miro. Par ailleurs, un mode Photo capture des images fixes avec désentrelacement automatique des trames. Pratique pour extraire et imprimer des instantanés de ses vidéos.

Montage

Les outils miro lancent automatiquement Adobe Premiere pour commencer le montage. Nous n’avons pu tester l’Instant Video, technologie initialement développée pour la DC30+. Cette fonction était en cours de finalisation pour le DV Mais que le vidéaste se rassure, elle sera disponible lors de la commercialisation fin janvier. Rappelons que l’Instant Video rend les montages plus souples et rapides, puisqu’il lit en un film fluide les séquences posées sur les pistes de montage, évitant ainsi la compilation (sauf pour les effets spéciaux). Notez que la compilation globale réclame un volume en disque dur équivalent au montage sur la time line (à raison de 220 Mo/s en DV). Outre l’économie d’espace disque, ce système s’affranchit de la barrière des 2 Go (on dépasse les 10 minutes environ de film AVI compilé).

Exportation

En utilisant l’outil magnétoscope de miroDV Tools, l’exportation d’un film compilé du PC vers l’enregistreur DV est possible. Il est aussi utilisable avec le miroINSTANT Video pour lancer l’enregistrement d’un film depuis Premiere sans recompilation globale. A l’arrivée, le master présente une qualité égale à celle des rushes.

Futur

Chez Pinnacle-miro, on peut imaginer demain une carte complémentaire pour assurer en DV, la gestion d’effets spéciaux en temps réel. Mais à une époque ou les grands acteurs du marché de la vidéo numérique peuvent tous s’appuyer sur la qualité des images, l’offre logicielle et l’ ergonomie vont devenir des critères de plus en plus décisifs auprès des utilisateurs. En ce sens, l’apport des miroDV Tools et de la technologie Instant Video sous Premiere n’est pas à négliger.

Verdict

Une solution de montage bien pensée autour d’une carte qui gère simultanément le DV et les périphériques SCSI. Les outils miro  (miroTools) simplifient l’approche du montage pour les néophytes autour d’une interface facile à maîtriser et réussie. A réserver aux ordinateurs musclés – Mac ou PC – pour une meilleure rapidité de calcul des effets spéciaux.

Les plus

  • Aide au montage : Le logiciel miro DV Tools pour le dérushage des plans et le transfert automatique des séquences sélectionnées.
  • Pas de perte de trames : L’acquisition en multiples passes automatiques (si nécessaire) pour éviter la perte de trames).
  • Montage fluide : Le système miroINSTANT Video permet d’exploiter les films montés dans Premiere sans les recompiler (non testé).
  • SCSl-3 : Le contrôleur Ultra-Wide SCSI intégré permet de piloter des disques audio-vidéo les plus rapides du marché (et autres périphériques en SCSI).
  • PC et Mac : Pour Windows 95/Windows NT et Mac OS 7.5.5 (et au-dessus) en un seul produit.

Les moins

  • Pour PC et Mac musclés : Les temps de compilation sont longs avec les PC peu musclés (1 mn pour 1 seconde de fondu-enchaîné avec un Pentium 133).
  • Pas d’entrée/sortie analogique : Pas d’exploitation analogique directe possible. Il faut numériser sur cassette DV la vidéo avant transfert vers l’ordinateur.

Caractéristique Miro DV300

  • Type de carte : Adaptec 8945, Plug and Play, PCI Bus Master.
  • Taux de transfert : 3.6 Mo/sec (taux fixe et constant) (25 Mo/s théoriquement supportés par la carte).
  • Compression : Aucune (5:1 originelle du DV).
  • Format vidéo : Numérique DV/DVCam 720 × 576, YUV 4:2:0, 25 fps (Pal). 720 × 480, YUV 4:1:1, 30 fps (NTSC) Codec software Sony.
  • Prise IEEE 1394 : 2 externes et 1 interne pour la transmission (aller-retour) des données audio-vidéo DV et le pilotage des magnétoscopes. 1 câble de liaison fourni, 4 contacts (camescope DV) 6 contacts (ordinateur).
  • Camescopes compatibles : (via i.LINK IEEE 1394), Sony VX-1000, VX-9000, DCR VX-700, PC7, DSR 200, DCR 300, PD-1P…
  • Visualisation :  Entemps réel par le biais de l’entrée DV magnétoscope et des sorties analogiques composites et Y/C (via le module Sony DVB-K1 intégré aux équipements Sony).
  • Incrustation (PC) : Vidéo sur le moniteur du PC à 25 i/s (Pal/Secam) avec les cartes graphiques compatibles Direct Draw en 1/16e d’écran (sur Pentium 133).
  • Enregistrement analogique : Possible uniquement en passant par les magnétoscopes DV de type Sony DHR1000 Sony (DV) ou DSR30 (DVCam).
  • Traitement audio (PC) : 16 bits, 44 kHz pour le montage virtuel.
  • Périphérique raccordables : Jusqu’à 63 appareils (matériel vidéo, lecteurs DVD, unités de disques durs, scanners).
  • Compatibilité : Direct Draw nécessaire pour l’incrustation vidéo (Overlay) en temps réel sur les PC équipés d’une carte graphique 16 ou 32 bits.
  • Gestion des disques durs : Avec le contrôleur intégré pour les disques SCSI.
  • Disques recommandés : Ultra-Wide SCSI audio-vidéo (SCSI-3).
  • Drivers (miro) : A partir des version Windows 95/NT 2.5 et Mac OS 7.5.3.
  • PC minimum : Pentium 133, disque réservé à la vidéo de 2 Go AV, 32 Mo de Ram, carte graphique 16 ou 24 bits.
  • Offre logicielle : Pinnacle Miro DVTools, miro instant Video, Adobe Premiere LE, Photoshop LE.
  • Prix indicatif : 8000 F (1220 €)

cv 113

Autres cartes de numérisation