Sony EV-C400

Présentation

Sony EV-C400

Pour moins de 5 000 F, d’un volume équivalent à celui d’un magnétoscope de salon, le magnétoscope video 8 EV-C 400 est le lecteur idéal d’une régie de montage. Ses seuls points faibles, l’absence de tuner, de timecode et de prise Lanc.

L’introduction d’une cassette suffit à mettre en route l’EV-C400. Si la bande est au format Hi-8, un voyant spécifique s’allume. Ce modèle lit et enregistre indifféremment en 8 mm comme en Hi-8. Seule restriction : si le mode LP (Long Play, 10,058 mm/s) est disponible en lecture, il n’existe aucune touche qui permette d’en disposer à l’enregistrement. Cela dit, le mode LP travaillant à demi-vitesse du mode SP (Standard Play, 20,051 mm/s), il faut en relativiser l’intérêt. Le panneau de contrôle n’a rien de particulier, hormis la touche Hi Speed Review destinée au rebobinage à très haute vitesse.

A noter que l’on peut provoquer une mise en lecture automatique en début de bande en appuyant sur la touche Play tout en maintenant enfoncée l’une des deux touches Review. La télécommande comporte aussi les touches de sélection des chaînes pour les téléviseurs Sony. La qualité des images est moindre et l’absence de tuner TV adaptable à ce magnétoscope ne permettra pas une programmation qui justifierait l’utilisation de cassettes de trois heures pour enregistrer de très longs métrages.

Raccordements

La connectique est des plus classiques. Deux entrées et deux sorties vidéo (Y/C et composite). Et des entrées/sorties audio stéréo sur prises Cinch. Tout raccordement vers un magnétoscope uniquement Secam réclame un transcodeur sur le parcours des câbles de liaison. Vers un téléviseur, qui accepte le Pal, il suffit Sony EV-C400 connectiquede connecter la prise péritel et de se caler sur le canal vidéo pour obtenir image et son. Les possesseurs d’un poste antédiluvien ne sont pas pour autant mis au banc de la technologie, du moins si leur appareil fonctionne en Pal. Sony a prévu un connecteur RFU pour attaquer la TV sur la prise antenne (Réf. : RFU- 89EKA). Il faudra alors balayer le spectre des fréquences UHF pour découvrir l’image.

Audio

Le son est en stéréo mais à partir des sources analogiques. Ceux qui enregistreraient du son sur les pistes numériques via les caméscopes Sony V200, Sony V5000 ou Sony V6000, voire des magnétoscopes comme le Sony EV-S800 ou bien le Sony EV-S9000 en seront pour leurs frais. Ni lecture, ni enregistrement en numérique. Cela dit, la majorité des caméscopes ne disposant pas du raffinement du PCM, la clientèle potentielle est déjà importante. Les plus fortunés, ceux qui font déjà joujou avec le son numérique, n’auront qu’à se tourner vers d’autres modèles de type EVS9000. L’économie drastique a toujours un prix : le dépouillement en accessoires et fonctions périphériques.

Stéréo pour le son mais sans molette, bouton ou curseur pour en ajuster le niveau. Le réglage automatique s’en sort très honnêtement et si l’appareil sert de lecteur pour l’essentiel, cette lacune se sentira d’autant moins.

Un joker pour le montage

Il n’y a pas de fonctions montage spécifique sur cet appareil. L’absence de prise Lanc empêche le pilotage à distance de l’appareil par une table de montage conventionnelle et certains systèmes qui y font appel. Sony ne propose que la liaison avec un second magnétoscope ou un camescope, ce qui revient à travailler en mode manuel. Nous voici revenus à l’âge de pierre de la vidéo. Ce modèle ne séduira donc pas ceux qui recherchent un lecteur qui puisse être asservi en lecture. Pourtant, il représente un bon compagnon dans le cadre de certaines configurations faisant appel à l’informatique. Ceux qui travaillent avec des cartes de compression/décompression vidéo peuvent se passer d’un pilotage contrôlé par l’ordinateur. Sur le clavier frontal ou via la télécommande, les adeptes du virtuel peuvent déjà exploiter leurs rushes. Et à vrai dire, ils sont nombreux à opérer de la sorte. Il faut quand même rappeler que des logiciels comme Premiere 4.0 incluent la possibilité de se brancher sur des modules logiciels et câbles pour gérer des périphériques en lecture. D’autres systèmes de montage informatisé feront de l’EV-C400 l’enregistreur idéal. Il s’agit de solutions comme VideoDirector de Gold Disk ou la MovieCut de Vivanco. Ces produits sont dotés d’une interface à infrarouge pour piloter, comme enregistreurs, tous les magnétoscopes équipés d’un récepteur de ce type. Pour ceux qui sont équipés d’un camescope à prise Lanc et d’un ordinateur de petit calibre sous Windows, la solution VideoDirector plus EVC400 s’avère la plus économique pour le montage informatisé. Ceux qui ne disposent pas d’ordinateur pourront par exemple préférer la nouvelle petite table JVC JX-ED 11, qui ne connaît que l’infrarouge pour le montage. On peut alors opter pour deux EV-C400 et se constituer une petite régie Cut.

En Bref

Un outil parfait pour certaines configurations de montage, totalement inadapté pour d’autres. Un magnétoscope abordable qui peut aussi servir de lecteur pour des usages pédagogiques, des salons, malgré l’absence de lecture en boucle, voire pour soulager les têtes d’un camescope de lectures trop répétitives.

Caractéristiques Sony EV-C400

Format
  • Vidéo 8mm Video8/Hi-8
Standard
  • Pal
Type
  • Magnétoscope 8 mm Video8/Hi-8 Pal (lecteur-enregistreur).
Durée de rebobinage
    • 2 mn 15 s en mode normal
  • 1 mn en mode Hi-Speed Review pour cassette 60′.
Dimensions
  • 43 × 6 × 29,6 cm
Accessoires
  • Télécommande, piles R6, câble audio/vidéo (prises Cinch), câble S-Vidéo, adaptateur RFU.
Prix Indicatif (Janvier 1996)
  • Moins de 5000 F (760 €)

CV 90