Sony FXE-100P

Sony FXE-100PC’est à la fois, un éditeur de montage trois machines, une régie de mixage vidéo, un générateur d’effets et un mélangeur audio.

La nouvelle régie de post-production Sony FXE-100P impressionne. Passé le moment d’étonnement, on découvre que tout est logiquement disposé, accessible rapidement, bref ergonomique. Complet, le dispositif ne nécessite aucune connexion particulière et s’adresse aussi bien aux amateurs passionnés qu’aux entreprises possédant un département communication. L’une de ses particularités tient à la possibilité de l’associer avec tous les lecteurs et enregistreurs professionnels quel que soit le format.

Deux interfaces RS-422 et RS-232C assurent un contrôle simultané de trois magnétoscopes. On peut imaginer un premier lecteur Béta Sony UVW-1600P et un second lecteur Hi-8 Sony EVO-9850 ou S-VHS JVC BR-S500E. Même éclectisme pour l’enregistreur. Un Panasonic MII AU-66H ou AJ-D350 de type D-3 1/2″ Digital, conviendra aussi bien que du Béta, Hi-8, S-VHS, U-Matic, etc. Sous réserve de configurer la régie pour des matériels autres que Sony.

La FXE-100P se décompose en quatre zones. La partie inférieure droite est réservée à l’éditeur de montage, l’inférieure gauche la régie de mixage, la supérieure droite le mélangeur audio et la supérieure gauche l’affichage des compteurs.

L’éditeur de montage

Les commandes se regroupent par couleurs et fonctions, ce qui facilite grandement le montage. L’éditeur peut sembler « léger ». Pas du tout. Très puissant, il identifie automatiquement nombre de magnétoscopes pros d’utilisation courante. L’enregistreur connecté et reconnu, l’éditeur FXE-100P tient compte des temps de Préroll des enregistreurs Sony. Pour les autres marques, il faut lui indiquer ces durées. Cela fait, la précision est exemplaire lorsque l’on monte au time code, qu’il soit VITC, SMPTE, 8 Pro ou CTL. En revanche, le RCTC, time code Sony 8 mm grand public, est rejeté. On est « pro » ou pas !… La fonction 1st Edit time code une cassette neuve pour un montage immédiat.

Les fonctions Play Stop, Review, Rec, Pause sont pilotées à partir des interfaces RS 232 et 422. Une pression sur PI puis Play et le Player I débute la lecture pendant que sur le compteur time code défilent heures, minutes, secondes et numéros d’image. Idem pour le ralenti, si les magnétoscopes sont équipés de la fonction DMC (Dynamic ou Variable Tracking) comme le S-VHS JVC BR-S525E.

Montage Sony FXE 100PLe montage s’effectue en Cut, A Roll ou A/B Roll. Et ce, que la procédure soit manuelle (séquence par séquence) ou programmée avec 99 montages mémorisés. Très appréciable, on trouve même un mode dit « divisé », dans lequel on choisit séparément les points d’entrée et de sortie la vidéo et l’audio. Exemple, on peut faire débuter la bande son d’une séquence sur les images de la précédente. Une interface RS-232C (EDL-Pro), placée à l’arrière, permet de copier la liste de montage sur un PC avec le logiciel optionnel EDL-Pro de Sony. Les fonctions Preview, Review sont présentes. A tout moment, la FXE-100P peut coordonner un mixage image et/ou son et un montage programmé ou non. Un seul moniteur suffit pour contrôler des informations relatives aux time code des différents lecteurs. Il est possible de sélectionner la même source sur les deux Bus afin d’additionner des effets (volets, mosaïque, postérisation, etc.) avec un seul lecteur.

La conjugaison du Jog/Shuttle (un seul) et du Manual Control pilote les deux lecteurs et l’enregistreur. Au début, c’est un peu déroutant quand on a l’habitude de monter avec deux Jog comme sur une RM-E450. On fini par s’y habituer.

La régie de mixage

La FXE-100P possède deux Bus d’entrée avec synchroniseur de trame sur chacune de ces mêmes entrées, ce qui la dispense de TBC (Time Base Corrector). Trois entrées vidéo et un fond de couleur parmi vingt-cinq sont disponibles sur chaque Bus. Un T-Bar (ou levier de fondu), placé sur l’avant centre de la régie, peut-être utilisé manuellement pour passer d’une entrée à une autre à moins que l’on préfère utiliser la fonction Auto Trans (Auto Take) pour un fondu à vitesse variable (1 à 999 frames). J’ai apprécié de pouvoir programmer un fondu au blanc, au noir, en mode Reverse ou tout simplement agir en Cut. Mieux, le levier de fondu possède un réglage de fermeté, qui assure des transitions d’une fluidité constante, que ce soit pour un fondu-enchaîné ou un fondu effacé avec l’un des 135 motifs géométriques en glissement ou déroulement.

Effets

Comme sur les autres régies de mixage, une section séparée régit les effets numériques assignés à chacun des Bus. On trouve les classiques Stroboscope, Mosaïque, Gel d’image ou Freeze, Postérisation (Paint, le multi-image, neuf PiP de taille unique : 1/9) peuvent être placés sur l’écran avec pour chacun une image différente. Parmi les nouveautés, citons le Zoom qui valorise une partie de l’image ou la fonction Pixel ‘Mil capable d’ajouter un effet de queue de comète derrière un personnage en mouvement. Tous ces effets s’additionnent.

Chroma Key Sony FX3 100PChroma Key

Un vrai chroma key. Il rend transparente toute couleur sélectionnée par l’utilisateur en Bus B. II est possible de régler l’intensité en entrée de la netteté des bordures ainsi que le gain de l’image incrustée à l’aide d’un bouton rotatif nommé Hue.

Volets et transitions

Aux côtés des classiques rideaux, boîtes, cercle, diamant, etc., on découvre quelques transitions originales de type : Cœur, Explosion, Zigzag. La FXE-100P inclut une variété de Pushes et Pulls, qui consistent en des glissements d’images avants, arrières avec effets de transition. Tous les effets se combinent avec un mouvement de mixage et/ou fondu. La FXE-100P propose aussi des mixages à travers une mosaïque ou une postérisation, par exemple. Dans le même esprit, rien n’interdit de naviguer d’un Bus à l’autre en désaturant progressivement les teintes jusqu’au noir et blanc, avant de revenir à la couleur.

Joystick

joystick Sony FXE 100PAutre fonction, la Color Correction mémorise des interventions sur chacune des entrées avec un premier Joystick. Le second autorise, quant à lui le déplacement de l’image, PiP. Une déception, l’absence d’effets 3D en rotation. Un peu frustrant sur un matériel de ce prix, surtout si l’on tient compte des progrès réalisés par les régies grand public. De plus, pour le prix, Sony aurait pu offrir des PiP présentant des tailles variables au lieu du traditionnel format 1/9 de l’image normale. Autre lacune, malgré la présence de deux prises GPI, Out et In, l’impossibilité de lancer un titre avec un matériel associé de la marque, comme c’est le cas pour les régies Panasonic WJ-MX30 et 50 qui travaillent avec un titreur WJ-KB50 ou WJ-TTL7. Cela dit, il est théoriquement permis de déclencher un titreur muni d’une prise GPI, comme le Videonics TM-2000 mais l’essai n’a être réalisé.

Connectique

Simple et ordonnée, elle n’est pas sans rappeler celle des régies de mixage Panasonic WJ-MX12, 30 ou Sony XV-D1000. Les quatre entrées (Player 1 à 2, Aux 1 à 2) et sorties (PGM 1 & 2) vidéo sont aux normes Ushiden Y/C et composite BNC. Les entrées et sorties audio ne répondent pas à la norme XLR comme on pourrait le penser, mais stéréo et Cinch. On trouve aussi une entrée Aux Stéréo et une prise micro Jack 6,35. Le Monitor possède une prise BNC pour le signal vidéo et RCA pour le son.

Autres entrées/sorties à l’arrière : deux fois trois bornes de pilotage 9 broches RS-422 et RS-232C (deux lecteurs et un enregistreur) commutables entre elles. Deux connecteurs BB ou Black Burst servent à  envoyer des impulsions de synchro vers le magnétoscope lecteur ou une caméra genlockable. Pour terminer, une prise EDL entrée/sortie permet la connexion de la FXE-100P sur un ordinateur.

Conclusion

On ne peut nier l’extrême qualité et la facilité d’emploi de la FXE-100P. Fini les appareils encombrants. Fini les problèmes de synchronisation avec  les effets programmés sur une régie de mixage indépendante, au moment du montage définitif.

L’installation est simple puisqu’il suffit de connecter le ou les lecteurs à la régie, puis celle-ci à l’enregistreur. Même procédure pour les appareils qui disposent d’une connectique RS-232C et/ou RS-422.

D’après une documentation américaine, la FXE-100P est la partenaire rêvée du nouveau banc de montage Sony S-VHS SVP-5600P et SVO-5800P (disponible en France) par la prise RS-422. Une telle association pilote trois lecteurs.

En Bref

Cumulant les avantages d’un éditeur de montage et d’une régie de mixage, la FXE-100P est un choix idéal pour qui souhaite disposer d’un système A/B Roll et d’un dispositif d’effets spéciaux, sans s’embarrasser de problèmes de synchronisation.

Caractéristiques Sony FXE-100P

  • Sources : Trois. Synchroniseur de trame, mélangeur vidéo, générateur d’effets (201), mélangeur audio sur 2 sources + 2 Aux+ 1 micro.
  • Edit Mode : Insert, assemblage, Cut, time code Insert, Split, Dynamic Motion Control.
  • Time code : CTL, SMPTE/EBU (LTC), 8 Pro.
  • Précision : Montage time code (+/- 0 image). Montage CTL (+/- 1 image).
  • Connec. vidéo : 3 entrées Y/C & composite BNC, 1 sortie Y/C & composite BNC, 1 sortie Monitor composite BNC. 2 PGM Y/C & composite BNC.
  • Connec. audio : (RCA) 4 entrées stéréo
  • Connec. GPI : (BNC) 1 entrée, 2 sorties.
  • Connec. RS-232C : (9 broches) 2 entrées, 1 sortie.
  • Connectique BB : (BNC) 4 sorties. PGM/moniteur. 3 BNC/3 Y/C.
  • Montage : Cut, A-Roll, A/B Roll, manuel de type assemblage programmé 99 séquences.
  • Rapport S/B : > 50 dB.
  • Résolution : > 500 lignes.
  • Poids : 7,3 kg.
  • Dimensions : 424×138×437 mm.
  • Prix indicatif : < 59000 F HT (8980 €)

Les Rivaux

Trouver sur le marché institutionnel et/ou grand public un éditeur de montage trois machines, une régie de mixage vidéo, un générateur d’effets et un mélangeur audio relève de l’exploit puisqu’il n’en existe pas d’autre à ce jour dans le domaine institutionnel. Si on cherche une équivalence approximative, on la trouvera dans l’association de l’éditeur Sony PVE 500  et de la régie de mixage Panasonic WJ-MX50.

CV 83