Videoscript Hama 50

Videoscript Hama 50Titrer, légender, réaliser un générique, incruster. Le Vidéoscript Hama 50 n’est pas seulement un générateur de caractères. Sur cette base viennent se greffer des effets de volet, des combinaisons de couleurs, deux axes de défilement, horizontal ou vertical, la surimposition de textes sur fenêtre, qui séduiront les mordus de matériels de post-production vidéo. Un outil simple, précis et efficace. En attendant les interfaces micro-informatiques et vidéo.

Christian Imbert – Octobre 1988

Titres, génériques et effets spéciaux

Les enregistrements vidéo réalisés avec un camescope constituent une matière brute qui ne demande qu’à être mise en forme par le montage. Il faut aussi ajouter des titres et des animations comme les effets de fondu ou de volet. Cet « habillage » augmente considérablement l’intérêt des vidéogrammes, en y ajoutant une note créative et personnalisée. Il y a plusieurs façons de réaliser des titres. La plus simple consiste à filmer des panneaux, des lettres dessinées, dactylographiées ou produites en Letraset. A l’ère de l’électronique, cette méthode paraît un peu archaïque d’autant plus que notre culture télévisuelle nous a habitués à des surtitrages et à des génériques hypersophistiqués. On dispose . maintenant de systèmes d’incrustation électronique générant des lettres en surimpression sur les images. Certains camescopes haut de gamme possèdent d’ores et déjà un générateur de caractères intégré, comme les nouveaux Sony CCD-V 200 ou Canon E-708. D’autres caméras, comme les VidéoMovie JVC, les Panasonic ou les Bauer représentent cet accessoire en option.

Affichage digital pour dialogue interactif

Hama met d’emblée tout le monde sur le même plan en proposant un générateur électronique de caractères à vocation universelle. Le Vidéoscript Hama 50 (descendant du Hamacut 10). Véritable petite machine à écrire vidéo, il permet non seulement de créer des textes et d’animer des génériques, mais aussi de réaliser des effets spéciaux. Le Vidéoscript se présente comme un  petit clavier compact de machine à écrire électronique de forme et de design un peu analogues au pupitre de montage Hamacut. Il utilise sa propre alimentation 12 V. L’appareil se connecte à n’importe quelle source vidéo PAL en lecture : camescope (en position lecture, monitoring ou magnétoscope) ou magnétoscope enregistreur PAL (ou SECAM avec transcodeur PAL/SECAM),  relié à un moniteur TV pour le contrôle des effets.

Face arrière du Hama Vidéoscript 50Les connexions s’effectuent par prise BNC vidéo : IN à la sortie vidéo du camescope, et vidéo OUT à l’enregistreur. Si les branchements ont été correctement effectués, le circuit « auto-test » de l’appareil affiche le message « TEST OK ». Sinon, l’allumage de toutes les diodes rouges invite impérativement à recommencer les opérations.

Dès la mise en marche de l’appareil, une petite fenêtre à affichage digital permet d’établir un dialogue interactif avec l’utilisateur. Le premier message est le suivant : « PG 01 ROW 01 COL 01 FREE 72 ». Cela n’a rien d’un message codé pour agent secret. « PG 01 » signifie seulement qu’on se trouve à la première page d’effet, « ROW 01 » à la première ligne,« COL 01 » à la première colonne ou au premier caractère, et « FREE 72 » que l’on bénéficie d’une capacité de mémoire de 72 signes… Il ne reste plus qu’à composer son texte et à choisir son style de caractères.

La rédaction des textes s’effectue à l’aide du clavier. La position des lettres n’est toutefois pas tout à fait la même dans la mesure où il s’agit d’un clavier allemand qui comporte toutes les lettres européennes, soit 92 caractères. Une seule carence, l’absence de cédille ! Le Vidéoscript Hama propose un choix de caractères et de types d’animation. Le générateur offre en effet deux « polices » (assortiments) de caractères en minuscules et majuscules : formes plus ou moins rondes dans quatre tailles différentes. On s’aperçoit que les lettres de forme plus carrée supportent beaucoup mieux que les autres le grossissement. La résolution est en effet de 32 points. Il est aussi possible de choisir parmi un éventail de huit coloris : noir, bleu profond, rouge, vert, gris, bleu clair, jaune, blanc. La couleur apparaît dans le curseur, un petit rectangle clignotant qui permet de positionner très exactement la première lettre.

Une mini-régie d’effets spéciaux en prime

Grâce à la touche FLASH, ont peut faire clignoter une lettre, un mot ou toute un ligne. Pas moins de 16 vitesses de clignotement sont disponibles pour souligner cette animation. La touche MASK, enfin, pose un masque de couleur sur la ligne écrite où se trouve le curseur.

Le titrage terminé, il est possible de modifier la composition, aussi bien en ce qui concerne le choix des caractères que leur taille ou leur couleur. Des touches de direction placent très précisément les textes, les centrent, ou déplacent des mots ou des lignes entières de façon manuelle ou automatique.

Le Vidéoscript Hama n’a rien à envier aux générateurs de caractères professionnels puisqu’il permet de faire défiler les titres verticalement, de haut en bas, ou horizontalement. Les touches SPEED offrent trois vitesses différentes de défilement avec une parfaite régularité : rare pour un matériel amateur. L’arrêt et la remise en route du défilement peut être programmé, de même que son fonctionnement en boucle. C’est la position du curseur qui détermine le point de départ du défilement.

Le Vidéoscript Hama sert également à réaliser des effets spéciaux généralement réservés aux régies comme les effets de volet ou de fenêtre.

L’effet de volet consiste à recouvrir une image en partie ou dans sa totalité par un fond de couleur. C’est une technique particulièrement intéressante au montage pour favoriser le passage entre deux séquences ou pour mettre en valeur un titrage. L’ampleur du recouvrement de l’image par ce mouvement de volet horizontal, de la gauche vers la droite, peut être programmé. Il en est de même pour sa rapidité grâce à 16 vitesses préréglées, et pour le choix de la couleur. L’effet peut être stoppé à chaque instant ou, au contraire, mémorisé et rappelé à volonté.

Il programme, dans l’ordre, la marche à suivre

Encore plus spectaculaire, l’effet de fenêtre permet de découper une plage rectangulaire à l’intérieur de l’image en recouvrant son contour d’un aplat de couleur et en faisant varier ses proportions jusqu’à sa disparition complète si souhaité.

Il est possible de créer et de mémoriser jusqu’à huit effets de volet et de fenêtre pour les générer en programmation automatique. Autre effet intéressant : l’apparition d’une partie de l’image de départ à l’intérieur du titre. Cet effet est obtenu en mémorisant à la fois l’effet de volet et la création de lettres en position inversée par rapport au fond. Le générateur Hama permet donc de réaliser trois formes de titrage avec des lettres de couleur sur une image en incrustation, sur simple fond coloré ou encore en transparence sur masque de couleur.

Un autre effet à noter : la possibilité de faire apparaître la fonction CHRONOMETRE au 1/100 s, affichée en surimpression, avec un rapport d’agrandissement variable, de la faire disparaître ou réapparaître à volonté. Outil très complet, le Vidéoscript peut générer 19 symboles graphiques parmi lesquels le copyright, très utilisé pour la protection légale des documents audiovisuels.

Tous les effets de titrage peuvent être enregistrés dans un ordre chronologique, en commutant les fonctions PLAY/LECTURE et RECORD/PAUSE en mode semi-automatique grâce à une touche spécifique. Lorsqu’on enregistre un effet mémorisé, une diode rouge clignote. Dans ce mode d’enregistrement, la répétition des modes de défilement choisis est possible grâce au PREVIEW. Il est, d’autre part, possible de modifier à chaque instant la vitesse de défilement.

Le Vidéoscript assure aussi l’enregistrement automatique des effets programmés et mis en mémoire dans l’ordre qui a été choisi. La programmation automatique de titrage nécessite deux opérations préalables. D’abord, faire un « listing » de tous les pas (stades) de programmation mémorisés (par exemple : 1ier pas, titre du programme, puis indication du lieu de reportage en défilement horizontal, puis effet de fenêtre sur la découverte d’un paysage ; inversion de l’effet de volet ; défilement vertical pour apporter une information géographique ; arrêt et clignotement du dernier mot). La seconde opération consiste à fixer un temps de réalisation pour chaque événement programmé. Une fois le rythme des effets établi, le « menu » peut être consulté avant de déclencher l’enregistrement automatique.

La touche Help à réponse à tout

Vue du dessus Hama Videoscript 50Si la cassette vidéo est émaillée d’un assez grand nombre d’effets, il est préférable de les consigner dans un « storyboard », c’est-à-dire un tableau décrivant minutieusement toute la chronologie des effets de titrage jusqu’à la fin du montage.

Hama a pensé aux étourdis en diffusant des « messages d’erreur » à chaque incident de fonctionnement : erreur dans la succession des pages de programme, dans l’attribution des temps, dans les fonctions de mémorisation… Pour l’utilisateur qui ne saurait plus très bien où il en est dans ses titrages, la touche HELP rappelle le menu des fonctions en cours, les touches déjà mises en service et un conseil pour poursuivre le titrage. L’utilisation du Vidéoscript est en somme un jeu d’ enfant pour tous les familiers des micro-ordinateurs. Pour les autres, Hama a conçu une notice d’utilisation très complète qui répond à toutes les interrogations.

Nous avons eu le privilège de figurer parmi les premiers utilisateurs de cette petite « machine à écrire vidéo » dont le constructeur annonce la disponibilité chez les revendeurs photo dès ce mois-ci. Elle devrait coûter un peu moins de 9000 F (1372 €). L’appareil est commercialisé sous la forme présentée ici. Seul changement : la vis de réglage de la colorimétrie sera remplacée par un bouton plus fonctionnel. Mauvaise nouvelle pour la majorité des utilisateurs de camescopes VHS ou VHS-C : le Vidéoscript exige pour pouvoir fonctionner un signal vidéo PAL. Il leur faudra donc recourir à un magnétoscope bi-standard en lecture ou utiliser un transcodeur mais en acceptant une grande perte de qualité. En revanche, aucun problème pour les possesseurs de camescopes 8 mm, de magnétoscopes PAL/SECAM ou même de matériels ¾ de pouce U-Matic.

Premiers volets de la création

Le Vidéoscript Hama permet de créer un effet de volet pour recouvrir entièrement, ou en partie, l’image vidéo. La procédure est très simple. On commence par choisir la couleur du volet désiré. Le fond de couleur apparaît, recouvrant l’image de la gauche vers la droite. Grâce à la touche SPEED, on augmente la vitesse par pressions successives. Une fois l’image totalement recouverte, on mémorise l’effet par validation de la touche WIPE PGM. La touche WIPE ON OFF permettra de rappeler l’effet ou de l’inverser pour faire apparaître l’image vidéo. L’effet de fenêtre se construit avec la même facilité.

Les mots au rythme des images

Le Vidéoscript Hama bénéficie d’une mémoire de 2016 caractères, soit 72 pages de 28 caractères, protégée par une pile au lithium. L’une des performances les plus intéressantes de ce petit générateur de caractères réside dans ses possibilités de défilement : vertical de bas en haut ou horizontal à vitesse variable ; à durée programmable ; en modes de fonctionnement ponctuel, intermittent ou en boucle. Si l’on ajoute la faculté de « flashage » de lettres ou de groupe de mots, de changements de couleur à volonté, on imagine que ce générateur de caractères conviendra aussi bien aux amateurs de montage vidéo qu’aux utilisateurs semi-professionnels ou « institutionnels »,

cv 010