JVC GY-X2B

JVC GY-X2B

Superbe qualité d’image, sensibilité inégalée, ergonomie irréprochable, le camescope S-VHS GY-X2B est une alternative à la Bétacam pour nombre d’utilisateurs institutionnels. Début 1991, JVC révolutionnait le marché de la vidéo institutionnelle en dévoilant le premier caméscope Tri-CCD monobloc S-VHS-C : le GYX1. Compact et léger, il répondait aux caméscopes Tri-CCD Hi-8 proposés par Sony. En janvier 1994, JVC présentait le digne successeur du GY-X1, le GY-X2 , plus performant que le modèle précédent, il se distinguait avant tout par l’abandon de la cassette VHS-C au profit du Full Size. Un an après, les ingénieurs de JVC améliorent le GY-X2 en le dotant d’un nouveau capteur 1/2 pouce, plus sensible et de résolution supérieure : le GYX2B vient de voir le jour.

Jean-Pierre Challot

Présentation

Au premier abord, le Tri-CCD S-VHS JVC GY-X2B inspire le respect : un boîtier gris foncé, moulé dans une coque d’aluminium fuselée, assure une rigidité et une solidité à toute épreuve. Soulever la caméra par la grande poignée confirme cette impression : l’appareil est lourd, un peu moins de huit kilos en ordre de marche, mais bien équilibré à bout de bras. Le poids d’un caméscope de cette classe n’est pas un inconvénient. Bien au contraire, c’est un gage de fiabilité et surtout de stabilité lors des prises de vues en reportage, caméra à l’épaule. Mais voyons ce que cette belle bête a dans le ventre.

Fonctions

Les utilisateurs de caméscopes professionnels Bétacam ne seront pas dépaysés par les caractéristiques techniques de la GY-X2B. Traditionnelle tourelle de filtres (3.200 K, 5.600 K et 5.600 K + ND), balance des blancs réglables sur deux positions automatiques ou une valeur standard prédéfinie en usine, obturateur réglable entre le 1/60 et le 1/2.000 avec la possibilité de filmer des écrans grâce à la fonction Variable Scan. Sans  oublier un dosage manuel du gain pour des éclairages faiblards (+ 9 ou + 18 dB). Une touche Lolux permet de pousser le gain jusqu’à + 30 dB !

Fonction JVC GY X2B

Très pratique, un sélecteur sert à éclaircir ou foncer l’exposition d’une demie  valeur de diaphragme. Une correction qui peut sauver une image difficile (mariée blanche sur fond noir, contrejour…) sans imposer le débrayage de l’automatisme d’exposition. Tous ces boutons sont concentrés sur la face avant gauche, près de l’objectif. A l’opposé, une série de touches permet le réglage des fonctions propres au timecode et à la partie audio. La GY-X2B est équipée d’un générateur de timecode à la triple compatibilité VITC, LTC et U-bit. VITC et LTC inscrivent sur la bande vidéo un temps codé asservi, soit à une horloge (Free Run), soit au défilement de la bande (Rec Run). La position U-bit est utilisée pour l’enregistrement d’un code utilisateur ou de tout autre message de moins de huit caractères. Enfin, avantage non négligeable, le timecode est entièrement paramétrable, c’est-à-dire qu’il est possible de marquer chaque cassette en lui assignant une heure différente. La première cassette commencera à 00 h 00 mn 00  sec. 00 fr, la deuxième à 01 h 00 mn 00 sec. 00 fr, etc, jusqu’à 23 h. Ainsi, vous n’aurez aucune image portant la même numérotation, à moins de filmer plus de 24 heures !

Cette fonction, réservée en général au matériel Broadcast, est très précieuse pour le montage ! Situées juste en dessous, trois potentiomètres permettent de doser les niveaux d’enregistrement du  son sur les pistes 1 et 2, ainsi que le niveau de sortie du contrôle audio (haut-parleur intégré ou prise casque). Protégées par un volet, une série de touches à manipuler avec la pointe de l’ongle assure la sélection des pistes audio à écouter (Hi-Fi ou normal, piste 1, 2 ou Mix), ainsi que des sources à enregistrer (micro caméra ou prises XLR), l’impédance du signal audio (micro ou ligne), la sélection du Dolby, l’enregistrement sur la piste Hi-Fi et le réglage manuel ou Fix (et non automatique !) des niveaux  d’enregistrement audio. Enfin, un interrupteur sélectionne ou non la relecture automatique, à chaque fin de plan, des deux dernières secondes enregistrées. Une fonction bienvenue en usage courant, mais peu appropriée aux tournages d’urgence. A désactiver pour les reportages !

Time code GY X2B
COTE PRO – Un véritable time code paramétrable et une connectique complète. La position U-bit utilisée pour l’enregistrement d’un code utilisateur (pas plus de huit caractères).

And Last but not Least, un sélecteur AEF offrant le choix entre les positions Normal et Quick : dans le premier cas, le magnétoscope effectue un Préroll de 1,5 sec. avant de commencer d’enregistrer, alors que dans le second cas,  le temps de présynchronisation n’est que de 0,5 sec. Cette fonction favorise les raccords très précis entre chaque séquence et élimine toute altération de l’image. Un dernier volet, situé sur le dessus de la partie magnétoscope (mais sous la poignée) renferme les classiques touches de lecture, enregistrement, rebobinage, pause, stop et eject. A la différence des Bétacam, la GYX2B est dotée de toutes les fonctions d’un véritable magnétoscope, hormis la possibilité d’enregistrer un signal extérieur, autre que celui de la caméra.

Prise en main

Après ce tour quelque peu fastidieux des commandes, il est temps de mettre la machine en marche. Tout d’abord, il faut savoir que le caméscope accepte des batteries de différents types : outre les NBG1 de la marque et les classiques NP1B Sony de capacité quasi identique (2,2 Ah) et procurant environ 40 minutes d’autonomie, vous pourrez adapter des accus Anton Bauer offrant une capacité supérieure (jusqu’à 4,2 Ah). Bien sûr, la classique prise XLR4 permet le raccordement à une batterie-ceinture ou à l’alimentation secteur. Une fois la GY-X2B installée sur l’épaule, l’utilisateur habitué aux incontournables Bétacam retrouve ses marques. L’ensemble prêt à tourner est parfaitement équilibré et n’accuse aucune tendance à piquer du nez, ce qui autorise des tournages longs sans fatigue. Bravo JVC pour l’étude ergonomique.

emplacement batterie JVC GY X2B

Le viseur, d’une très grande qualité, affiche une belle image, nette, fine et contrastée à souhait. Un sélecteur permet d’y afficher un cadre au standard 4/3 ou 16/9 avec recadrage au format effectivement utile (l’image globale est légèrement supérieure à celle que l’on verra sur un moniteur de contrôle). Les informations relatives aux conditions de prises de vues peuvent être affichées dans le viseur avec plus ou moins de détails. La position intermédiaire, précisant les paramètres de réglage de la caméra, la durée d’enregistrement réalisé ou du temps restant ainsi que les niveaux d’enregistrement audio, convient dans la plupart des cas. Toutes les commandes indispensables à la réalisation de prises de vues (gain, balance des blancs…) tombent sous les doigts, et après une dizaine de minutes d’adaptation, se manipulent sans quitter le viseur de l’œil.

Pour un contrôle précis de l’exposition, la fonction Zébra met en évidence les parties de l’image surexposées. Enfin, une touche Quick Record permet de faire passer la caméra en contrôle automatique, en temps réel, quelques soient les réglages initiaux. Résultat, le contrôle automatique du gain et le diaphragme électronique étendu ajustent en permanence iris, obturateur et gain, lors du passage de l’intérieur sombre d’une pièce à un extérieur illuminé par le soleil de midi ! Simultanément, la balance automatique des blancs gère les modifications d’éclairage, de la lumière d’un néon à celle du soleil de fin de journée ou d’une lampe tungstène. Un système très pratique en reportage. Dommage que cette fonction ne soit accessible qu’en mode Quick Record (impossible alors de régler l’exposition manuellement). Une mention particulière à la position Lolux, servant à filmer avec une très faible de lumière : 1,5 lux. Le GY-X2B devient ainsi l’un des caméscopes les plus sensibles du marché. Ce nyctalope fournit, dans cette position, une qualité d’image des plus honnêtes, sans trop de grain et avec une restitution des couleurs étonnantes. Le gain, boosté à + 30 dB, permet d’enregistrer des couleurs là où l’œil ne voit que du gris. Les nouveaux capteurs 1/2 pouce qui équipent la GY-X2B réalisent de véritables prouesses !

Tendons l’oreille. Le micro fourni avec la caméra est une petite boule qui enregistre tous les bruits dans un rayon de 5 mètres environ, du moteur du zoom électrique au souffle du cadreur. Autant dire qu’il est inutilisable, même pour un son d’ambiance. Il faudra donc se dépêcher d’acquérir un micro digne de ce nom, super directionnel ou stéréo. La griffe porte micro à 6 broches permet de connecter les modèles de la marque. A défaut, les deux prises XLR situées à l’arrière accueilleront tous types de micro professionnels. Seul reproche, l’absence d’alimentation fantôme 48 V indispensable pour certains modèles très haut de gamme. L’écoute du signal sonore pourra se faire via le haut-parleur intégré ou un casque mono. Des bargraphs, sur l’affichage LCD rétro éclairé permettent de régler les niveaux d’enregistrement. Dans la plupart des cas, une position automatique Fix assure un enregistrement correct du son, évitant une variation intempestive. Abordons pour finir l’incontournable question des mérites comparés du S-VHS pro et du Bétacam. Les atouts du premier : sa compatibilité avec l’énorme parc institutionnel et grand public de scopes SVHS et VHS Pal. Mais aussi le prix modique des cassettes et leur durée. En effet, les cassettes Béta n’excèdent pas trente minutes. Rédhibitoire lorsqu’on doit filmer un événement en continu (cérémonie de mariage…). Les avantages du second : son prestige. Certains producteurs de télévision ne jurent que par des images tournées en Béta. Mais surtout, le Béta dispose de deux pistes au lieu d’une pour enregistrer chrominance et luminance, ce qui garantit l’absence d’interférence entre ces deux types de signaux .

JVC GY-X2B

En bref

Le GY-X2B est un caméscope S-VHS haut de gamme. Les 750 lignes de la partie caméra fournissent une image de très grande classe, aux couleurs éclatantes, mais avec des nuances subtiles. Sa sensibilité extrême lui permet de tourner, là où d’autres déclarent forfait. Le grand tambour vidéo utilisé dans la partie magnétoscope assure une qualité d’enregistrement jusque là inégalée en S-VHS. Des caractéristiques qui raviront les cameramen institutionnels et qui autorisent une utilisation Broadcast.

Caractéristiques JVC GY-X2B

Caméra

  •  Format : VHS/S-VHS.
  • Capteur : Tri-CCD IT 1/2 pouce 440.000 pixels
  • Objectif : Interchangeable par système à baïonnette.
  • Mise au point : Manuelle.
  • Exposition : Automatique ou manuelle.
  • Obturateur : Variable du 1/60 au 1/2.000. Fonction Variable Scan.
  • Résolution : 750 lignes.
  • Sensibilité : f/8 à 2.000 lux. 1,5 lux à f/1,4 en mode lolux (+30 dB).
  • Rapport s/b : 60 dB.
  • Viseur : N & B 1,5 pouces

Magnétoscope

  • Format : S-VHS (>400 lignes), VHS (>250 lignes).
  • Standard : Pal.
  • Audio : 2 pistes Hi-Fi, 2 pistes longitudinales.
  • Entrées : A/V Audio 1 & 2 (CLR), Micro stéréo (6 broches), Genlock (BNC).
  • Sorties : A/V Vidéo composite (BNC), Y/C 4,43 (7  broches), Audio 1 & 2 (BNC), casque (mini Jack stéréo).
  • Fonctions : Time code VITC et LTC, U-bit, Cadre 4/3 et 16/9, balance des blancs (2 mémoires, 1 présélection), Quick Record (gain, diaphragme et balance des blancs réglés en temps réel), accepte les batteries NBG1, NP1 et Anton Bauer.POIDS7,5 kg avec viseur, objectif Canon 13 x 7,5 mm et batterie NBG1.
  • Prix indicatif : 67.000 F HT. Avec time code (LTC & VITC) et objectif Canon 7,5/97,5mm. Batteries, alimentation secteur et chargeur en supplément.

JVC GY-X2B