Les écrans de projection

La projection peut être faite sur n’importe quelle surface blanche, mais la qualité de l’image sera évidemment meilleure si cette projection se fait sur une surface réfléchissante appropriée comme le propose un écran de projection.

La pratique du Super 8 – publications Paul Montel

Trois types de toiles

Perlée, métallisée, et mate, on découvre dans chaque type des variantes afin d’améliorer la qualité de l’image et surtout de diminuer les inconvénients propres à chaque type de surface.

La surface perlée

D’emploi très répandu, elle donne une image brillante, du moins pour les spectateurs groupés de part et d’autre de l’axe de projection : ce qui est en général le cas dans la projection familiale. Son emploi est recommandé si l’on dispose d’un local tout en longueur.

Si l’on examine à la loupe une surface perlée, on y découvrira une multitude de perles fines de verre réparties sur la toile. La répartition uniforme de perles de verre est la première qualité exigée de cette surface. Le support doit être opaque afin d’éviter toute perte de lumière. La surface sur laquelle les perles sont fixées est généralement finement gaufrée.

  • Recommandation : Les perles doivent être fermement fixées sur la surface gaufrée ; on ne doit pas en découvrir dans le coffret ou le carton lors des différentes manipulations. L’enroulement mécanique de l’écran est obligatoire : une telle surface est trop fragile pour un enroulement manuel autour d’un mandrin. Pour que l’image ne paraisse pas granuleuse aux spectateurs du premier rang, il est indispensable qu’ils soient placés à une distance de cet écran égale au moins à trois fois sa largeur.

La surface mate

Elle est nettement moins réfléchissante, l’image y paraît moins brillante. Il existe des surfaces mates gaufrées améliorant la luminosité de l’image. Ces écrans sont intéressants lorsqu’on manque de recul et qu’il est nécessaire de disposer des spectateurs sur le côté, loin de l’axe de projection. La qualité des images qu’ils perçoivent reste homogène dans ces conditions ; il importe alors d’employer un projecteur de films lumineux.

La surface métallisée

Elle est constituée d’une toile métallisée finement gaufrée de manière à renvoyer au maximum, sur les côtés latéraux, les rayons en provenance du projecteur. La surface métallisée remplace avantageusement la surface mate lorsque se pose le problème de recul et celui d’une nombreuse assistance qu’il est impossible de placer près de l’axe de projection. La surface métallisée est recommandée pour la projection dans les clubs, les amphithéâtres, les salles de cours, dans les écoles…

Ecran à surface translucide

Réalisé en matière transparente dépolie (verre ou matière plastique), il permet de voir une projection qui est faite par derrière sur sa surface. Le rendement n’est pas comparable à celui d’un écran classique, mais ce mode de projection présente quelques avantages dans les applications audio-visuelles. Ainsi, dans une vitrine ou dans un stand permet-il d’escamoter le projecteur qui, disposé en avant, serait gênant. Le cinéaste amateur pourra l’employer pour l’exécution de certains trucages. Par exemple, la réalisation d’un fond projeté avec titre en surimpression.

Ecran « plein jour »

Il est parfois constitué d’un type de toile « micromulticellulaire » qui donne une image très confortable dans une pièce non obscure ou même en plein jour, à l’ombre. Cet écran trouve surtout application dans l’audiovisuel. On utilise aussi des surfaces métalliques incurvées : elles procurent un excellente image en lumière ambiante mais ne permettent pas de réaliser des écrans de plus d’un mètre de côté (Kodak Ektalite).

Protection des surfaces des écrans

La poussière et l’humidité en sont les deux principaux ennemis. Contre la poussière, il n’existe qu’une solution : ranger l’écran en le roulant après chaque séance. Contre l’humidité, qui peut faire tomber les perles, ou produire des zones de moisissures, il faut enfermer l’écran dans un sac en plastique et le ranger dans un endroit sec.

Il convient de signaler enfin un troisième ennemi : les faux plis. Ils peuvent se produire avec l’enroulement manuel ou encore si le système mécanique est faussé. Dans ce dernier cas, il suffit de bien faire attention lors de l’enroulement d’abaisser graduellement la partie supérieure de l’écran après avoir neutralisé le tendeur.

Supports

L’écran mural, comme son nom l’indique, s’accroche simplement au mur. Beaucoup d’écrans à surface mate, sont pourvus pour être utilisés de cette façon. Il faut songer à lester suffisamment la partie inférieure pour une parfaite planéité de la surface.

  • Ecran avec tendeur est prévu pour être posé sur un meuble : la base est formée alors par un carter et par deux barrettes se mettant à angle droit par rapport au carter. Sur cette base prend appui un tendeur supportant la partie supérieure de l’écran. Cette solution n’est pas très fonctionnelle, bien qu’elle soit très bon marché : au cours de la mise en place du tendeur, on est à la merci d’un faux mouvement.
  • Ecran sur trépied à hauteur réglable est la solution la meilleure et la plus répandue. L’écran lui-même est enroulé et contenu dans un carter cylindrique. Une tige télescopique place l’écran à la hauteur voulue, le tout monté sur trépied.

Entretien des écrans – Vous pouvez dépoussiérer la surface au moyen de jets d’air comprimé (en bombe aérosol). Bien entendu, on opérera avec précaution afin de ne pas décoller les perles de verre lorsqu’il s’agit de surface perlée.

  • Vous pouvez améliorer la planéité de la toile en effectuant un réglage et surtout un équilibrage du tendeur.
  • Lorsque le mandrin est de trop faible diamètre, la toile a tendance à faire des plis longitudinaux, surtout avec la toile à surface mate. Dans ce dernier cas, déplier l’écran plusieurs heures avant la séance de projection et augmenter la tension d’une manière uniforme, sur toute la surface d’écran.
  • Une bordure noire entourant l’image met en valeur celle-ci. Cet encadrement ne se trouve pas sur tous les écrans, et c’est dommage.

Accessoires pour la projection

Les accessoires suivants complèteront avantageusement le matériel de projection.

  • Une table de projection composée d’un ou de deux larges plateaux et de quatre pieds télescopiques recevra le projecteur, quelques petits accessoires et éventuellement le magnétophone pour la musique d’accompagnement. De hauteur réglable, elle permettra de placer l’axe de projection un peu au-dessus du niveau des yeux des spectateurs. Les amateurs ont tendance à mettre cet axe trop haut, bien souvent dirigé vers le haut suivant un certain angle : ce qui constitue une grave erreur, car l’écran doit renvoyer le maximum de lumière vers les spectateurs.
  • Une lampe de salle avec interrupteur à la portée de la main facilitera votre travail de projectionniste. Elle sera de préférence près du projecteur. Quelques projecteurs possèdent une prise spéciale pour cette lampe qui s’allume dès l’extinction de celle du projecteur et inversement.
  • Une lampe de rechange pour votre projecteur est toujours utile, même si celle en usage est neuve. Les fabricants ne peuvent offrir aucune garantie quant à la longévité de vie d’une lampe.
  • Une flèche lumineuse, qui peut être projetée sur l’écran au moyen d’une petite torche spéciale munie d’un système optique, est utile pour la clarté des commentaires dans le cas de projections éducatives : rappelons que la netteté de cette flèche est contrôlable, que sa luminosité dépend de l’état des piles et que sa portée dépend du nombre de piles prévues.

 

Dimensions de l'image Super 8 Distances de projection en mètres