Accessoires pour projecteur de films

Nous présentons ici une sélection d’accessoires pour sonoriser les films à l’aide d’un projecteurs de films 8mm. Ces accessoires sont destinés à réaliser une synchronisation sonore avec un magnétophone, à bande ou à cassette, ou permettre la lecture des pistes sonores magnétiques présentes sur les films 8mm ou super 8.

Lorsque vous nous confiez vos films pour réaliser leur numérisation nous numérisons également les pistes sonores magnétique.

Synchrovox Cinégel

Le Synchrovox se présente sous l’aspect d’un boîtier adaptable au projecteur de films GS 8 Ciné-Gel. Le magnétophone, à défilement 9,5 cm/s, doit être disposé à peu de distance du projecteur, la bande elle-mêmeSynchrovox Cinégel étant utilisée comme agent de transmission entre les deux appareils. On peut utiliser à volonté de la bande lisse ou de la bande perforée, cette dernière étant toujours préférable lorsque l’on recherche une grande précision.

E. S. FRÉCHET & S. de MARCI  – 1966

Le Synchrovox présente la particularité de supporter la bobine débitrice de la bande magnétique ; cela favorise son utilisation avec n’importe quel type de magnétophone à position horizontale ou verticale, à bobine capotée ou non, et résout totalement les problèmes d’alignement du magnétophone derrière le projecteur.

Le cinéma sonore d’amateur et l’enregistrement magnétique – 1966

Ercsam Synchrosonor

Ercsam Synchrosonor

Ce dispositif de sonorisation par liaison électro-mécanique, s’adapte sur tout magnétophone à bobines non encastrées et peut fonctionner sur tout projecteur de films à moteur universel, avec prises spéciales. Il permet, en cours de projection et sans précautions spéciales : arrêts, départs ou marche arrière des films et bandes en synchronisation. Il utilise les bandes magnétiques 6,35 perforées au pas de 5,95 mm (une image du film correspond à une perforation de la bande à la vitesse de 9,5 cm/sec.). La synchronisation est rigoureuse quelle que soit la longueur du film et les sonorisations réalisées avec le Synchrosonor peuvent également être projetées à l’aide du projecteur ERCSAM double-bande SONOCLUB.

Synchro Elmo SA-1

Synchro Elmo SA-1Présentation

Le Synchro Elmo SA-1 est conçu pour fonctionner en liaison avec un type bien défini de projecteur de films Super 8 : le modèle Elmo GP E. Par contre, tout magnétophone convient à condition qu’il soit à bobines, mais il est sans importance que la bande magnétique se déroule à 4,75, 9,5 ou 19 cm/s.

Cet appareil de synchronisation a la forme d’un petit cylindre à fixer sur la platine du magnétophone, soit à l’aide d’un socle pourvu d’une pastille adhésive, soit en se servant d’un support amovible à étrier. Il n’y a donc aucune modification ni percement à pratiquer sur le magnétophone utilisé.

Avant d’effectuer la post-synchronisation, il est indispensable de faire défiler conjointement film et bande magnétique à la seule fin d’enregistrer sur la piste inférieure des tops de synchronisation, ceci par l’intermédiaire de la tête magnétique logée à la base du dispositif Elmo. Cette opération terminée, un repère de départ est à tracer sur le film.

Enregistrement

Le magnétophone étant mis en route, le passage du premier top sur le synchroniseur va faire démarrer le projecteur, et les tops suivants réguleront tout au long de l’enregistrement la vitesse du moteur universel équipant le projecteur. Lors de la reproduction, les tops (non audibles en lecture normale) vont de nouveau commander la cadence du défilement du film, de sorte que le synchronisme images et son est retrouvé.

Même si le procédé parait un peu compliqué, en réalité c’est très simple d’utilisation et de mise en place. Malheureusement ce type de procédé n’a jamais connu le succès et rapidement les caméras Super 8 sonore se sont imposées pour ceux qui souhaitait profiter du son et de l’image par la même occasion.

Agfa Sonector-Phon

Agfa Sonector-Phon
1. Réglage du volume sonore reproduction. 2. Cou!isseur de trucage, coulisseur d’enregistrement.- 3. Potentiomètre enregistrement musique (TD-MAGN) . – 4. Débiteur inférieur. – 5. Potentiomètre micro. – 6. Commande marche avant, marche arrière, rebobinage. – 7. Têtes enregistrement, lecture.

Cet appareil se compose du projecteur de films 8mm Agfa-Sonector 8 normal que l’on adapte sur un bâti complémentaire spécial appelé Sonector-Phon, comportant le système lecteur-enregistreur magnétique et l’amplificateur. Le projecteur d’images, adaptable tous courants, est équipé d’une lampe basse tension 12 volts 100 watts à miroir condenseur et admet des bobines de 120 m. Il possède marche avant et arrière en projection et peut recevoir différents objectifs de focale fixe ou un objectif de focale variable pour adaptation de l’image à la grandeur d’écran. Le système sonore formant bâti comporte, outre les têtes, un galet avec volant régulateur sur lequel passe le film, tracté par le débiteur inférieur du projecteur. La partie électronique comporte :

  • une entrée micro pour recevoir les commentaires,
  • une entrée pick-up ou magnétophone pour la musique,
  • une sortie sur amplificateur de salle incorporé dans le coffret de transport.

Une commande « dite de trucage » permet d’enregistrer par effacement partiel et superposition, le commentaire du film sur le fond sonore déjà enregistré ; autrement dit de procéder à la réalisation correcte d’une sonorisation, en deux fois, avec certitude d’un bon résultat pour qui n’est pas encore un virtuose de l’enregistrement des films.

Synchroniseur PS 8 Heurtier

Synchroniseur PS 8 Heurtier
1. Projecteur. 2. Adaptateur. 3. Magnétophone.

Le synchroniseur PS 8 est prévu spécialement pour s’adapter sur le projecteur de films de même référence. Celui-ci comporte en effet une prise spéciale (liaison mécanique et électrique).

Le magnétophone doit nécessairement être placé à peu de distance de l’ensemble projecteur-synchroniseur, car la bande magnétique doit passer sur le cabestan du PS 8.

Le démarrage  « synchro » de tout l’ensemble est assuré par la simple manœuvre du bouton de commande du magnétophone.

Synchroniseur Radio-Star

synchroniseur Radio-Star
1. Contacteur tournant à 4 tours/sec. du magnétophone. – 1 ‘. Contacteur tournant à 3 tours/sec. du débiteur à 8 dents. – 2. Lampe à filament métallique (40 à 200 W/uV). – 3. Résistance. – 4. Condensateurs antiparasites. – 5. Interrupteur. – 6. Moteur du projecteur. – 7. Rhéostat du projecteur.

Le synchroniseur Radio-Star est du type à liaison électrique. Le dispositif comprend un contacteur tournant fixé dans le magnétophone, un second contacteur tournant entraîné par un axe du mécanisme du projecteur de films, et l’élément de contrôle de régulation placé à portée de la main.

E. S. FRÉCHET & S. de MARCI  – 1966

Le raccordement se fait par des connecteurs amovibles et trois fils. Le magnétophone peut, bien entendu, être éloigné à volonté du projecteur.

Un coffret placé à côté de ce dernier contient l’élément de régulation (une résistance associée à une lampe à filament métallique), un voyant lumineux pour le contrôle de la synchronisation, un interrupteur permettant de court-circuiter la synchronisation de façon à avoir une marche rapide pour le rebobinage ou afin de faciliter le démarrage du moteur dans le cas de secteur sous-volté.

Tout décalage, donnant lieu automatiquement à une correction accélératrice ou retardatrice plusieurs fois par seconde, reste toujours négligeable, même après une heure de projection ininterrompue.

Le cinéma sonore d’amateur et l’enregistrement magnétique – 1966

Synchronizer Métaf pour Paillard 18-5

Bolex-18-5 super 8Le Synchronizer Métaf n’exige pas de liaison magnétique entre projecteur et magnétophone. La bande magnétique entraîne directement un tambour couplé à un interrupteur rotatif à came et lames de contact. Le projecteur de film doit également être muni d’un interrupteur analogue entraîné par l’axe du moteur. Le courant d’alimentation de ce dernier passe par ces organes ; la liaison entre appareils est alors purement électrique.

E. S. FRÉCHET & S. de MARCI  – 1966

Les impulsions qui en résultent sont comparées dans le temps et les différences servent à obtenir la régulation, au moyen de brèves interruptions du circuit. La régulation s’applique au circuit de phase auxiliaire du projecteur. Le moteur est asservi par les interruptions, au rythme de deux par seconde, produites par les contacteurs rotatifs. Celles-ci sont périodiques mais de durée variable selon l’état de la synchronisation.

L ‘accessoire possède un moyen de correction permettant un rattrapage de la synchronisation, en cas d’erreur, par accélération ou décélération momentanée de la vitesse du projecteur. Le départ en synchronisme s’opère à l’aide de repères sur le film et la bande.

Le contacteur commandé par la bande magnétique est logé dans un boîtier que l’on aura fixé sur le côté du magnétophone. Quant au projecteur, il aura été spécialement modifié et réglé par une agence Paillard-Bolex.

Pour une synchronisation extrêmement précise, le boîtier équipant le magnétophone peut être muni d’un tambour denté permettant l’utilisation de bande perforée.

Le cinéma sonore d’amateur et l’enregistrement magnétique – 1966