Panasonic NV-SX50

Panasonice NV-SX50Panasonic frappe fort avec ce nouveau venu, version très améliorée du NV-SX3, équipé d’un time code VITC, d’un détecteur de mouvement, du doublage son, d’un TBC et autorisant des effets spéciaux en lecture.

Camescope VHS de poing S-VHS-C, le NV-SX50 EG ne peut renier ses origines, tant il ressemble extérieurement à ses prédécesseurs. Le Panasonic NV-RX501 lui lègue son détecteur de mouvement. Par ailleurs, il améliore le concept général et les possibilités du NV-SX3, avec trois innovations de premier ordre : un TBC (correcteur de base temps), la possibilité d’appliquer des effets spéciaux à l’enregistrement comme en lecture et le time code VITC.

Philippe Masson – janvier 1998

Ergonomie

Chacune de ses fonctions est accessible et s’identifie rapidement. Une ergonomie d’autant plus remarquable, qu’il s’agit d’un modèle vraiment surprenant quant aux possibilités techniques qu’il recèle. Le corps, long et plat (27,3 × 13,9 × 7,2 cm) est parfaitement équilibré, avec un poids presque plume de 980 g batterie comprise.

Batterie Panasonic NV SX50Seul le clapet contenant la cassette, un peu brutal à l’éjection, discorde avec l’aspect « High Tech » de l’ensemble. Le viseur couleurs offre une définition lumineuse et de qualité. Il peut être déplacé verticalement, et offrir au choix, une visée parallèle ou perpendiculaire au camescope. On peut maintenir ou occulter la quasi-totalité des informations affichées dans le viseur. Aucune confusion n’est permise, puisqu’un immense panneau, indiquant Pause ou Record, envahit le centre du viseur, selon la fonction en cours.

La batterie Nickel Métal Hydrure fournie annonce une autonomie d’une heure (pour deux heures de charge)… et elle tient sa promesse. On peut acquérir en option une batterie offrant deux heures de tournage (modèle HHR-V212).

Partie caméra

Le NV-SX50 est équipé d’un semi-grand-angulaire (équivalent d’un 34 mm photo), d’un zoom ×17, et même d’un ×34 numérique très convaincant, dont la vitesse est parfaitement maîtrisable et fluide. De plus, on peut débrayer ou non un à un tous les réglages : balance des blancs, mise au point, exposition, vitesse d’obturation. Et ce avec une relative facilité, grâce à la convivialité des touches de fonction sur l’appareil.

Sinon, peu de choses à signaler, pas même concernant l’autofocus qui est excellent, quasi-instantané et sans « pompage », même durement sollicité dans des conditions extrêmes de pénombre.

La sensibilité est remarquable : en jouant sur la vitesse d’ obturation et sur le gain, tout est permis. Par exemple, le mode Gain Up – correspondant à une vitesse d’obturation lente, accessible par la touche des effets spéciaux – cumulé à un gain supplémentaire de 18 dB programmé en manuel, permet de filmer avantageusement une pièce de 20 m2 éclairée par une simple bougie.

La balance des blancs restitue mieux les couleurs originales en automatique qu’en manuel, en particulier en intérieur avec des éclairages mixtes. Pour ce qui est du passage intérieur-extérieur (ou inversement), préférez de loin l’automatisme. Hors les modes tout auto et tout manuel, sont proposés les programmes Sports, Portrait, et Basse lumière. Quant au stabilisateur numérique, il se révèle d’autant plus efficace qu’il ne dégrade pas l’image.

Les effets spéciaux sont les standards habituels : noir et blanc, sépia, négatif, solarisation (très, trop puissante !), stroboscopie, fondu-enchaîné sur la précédente image gelée, volet de transition latéral, mode Photo, écran cinémascope. Effets peu originaux, si ce n’est une possibilité novatrice: les appliquer à posteriori, en mode Lecture (sauf le gel, le fondu au noir et le cinémascope). Enfin, le fondu-enchaîné en lecture implique une restriction : l’image intervenant en fondu se trouve toujours à 4 secondes environ de la vue à laquelle elle se substitue, choisie, elle, par le vidéaste.

A signaler la sécurité (débrayable) stoppant l’enregistrement dès que l’utilisateur incline vivement le camescope vers le bas ; et surtout la possibilité de déclenchement automatique de l’enregistrement par simple détection d’un mouvement dans le champ.

Image et son

La définition de l’image est acceptable, mais les couleurs apparaissent un peu pâles, pas vraiment flatteuses. S’agissant de S-VHS-C, on s’attendait à mieux d’autant que le concept même de ce camescope est une réussite. En revanche, on ne constate aucun effet de Smear, comme c’était le cas sur le précédent NV-SX3. L’enregistrement est Hi-Fi stéréo, et si la prise casque fait défaut, celle du micro est disponible, mais sans aucun réglage des niveaux.

Partie magnétoscope

Outre la sortie S-Vidéo (Ushiden), les sorties standard, vidéo et audio stéréo, se résument à une prise mini-Jack séparée en trois Cinch – pour l’entrée TV ou magnétoscope – une pour l’image, deux pour le son. On accède également à une prise de montage Edit 5 broches pour le pilotage d’un enregistreur, et à un time code VITC pour un montage précis, sans oublier le précieux doublage audio.

Malheureusement la pause est bruitée. Enfin, le temps de bobinage d’une cassette de 45 minutes dure 6 minutes.

Les rivaux

JVC GR-SZ5000EDans une qualité S-VHS Hi-Fi stéréo, seul le récent JVC GR-SZ5000 dans une gamme de prix à peine inférieure (7000 F) offre lui aussi un semi-grand-angle, le doublage son, et la possibilité de débrayer la plupart des fonctions. Mais il manque le time code et par dessus tout la possibilité d’appliquer des effets spéciaux en lecture. Cette option est certes offerte par le JVC GR-DV1, numérique de surcroît, mais pour lequel il faut débourser quelque 13 000 F.

Caractéristiques Panasonic NV-SX50

Camera

  • Capteur : CCD 1/3 de pouce.
  • Objectif : Zoom ×17, 3,9-66,3 mm, f/1.4. ×34 numérique.
  • Viseur : Couleurs.
  • Mise au point : Automatique et manuelle. Obturateur lent (gain), et obturateur rapide jusqu’au 1/4000 s.
  • Balance des blancs : Automatique, manuelle, mémorisable.
  • Exposition : Automatique et manuelle. Touche contre-jour.

Magnétoscope

  • Standard : Pal.
  • Formats : S-VHS-C, VHS-C.
  • Audio : Hi-Fi stéréo.
  • Connectique : 1 sortie Y/C. 1 sortie audio-vidéo composite mini-Jack. Prise casque.
  • Autres fonctions : TBC numérique. Stabilisateur numérique. Détecteur de mouvement. Indexation. Time code. Prise de montage 5 broches. Doublage son. Mode veille. Fondu au noir. Mode photo. Mode cinéma. Effets en enregistrement/lecture : solarisation, sépia, noir et blanc, négatif, stroboscopie, fondu-enchaîné. Lecture de la fin de la dernière scène en mode enregistrement.
  • Poids : 770 g nu.
  • Prix : 8000 F (1220 €)

Les plus

  • Sensibilité : L’ouverture jusqu’à f/1,4 offre une sensibilité rarement atteinte par la concurrence.
  • Montage : Des effets spéciaux en lecture : une innovation spectaculaire qui permet l’économie d’un processeur d’effets. Le time code VITC : une rareté sur les camescopes S-VHS-C. Dommage que la pause soit bruitée.
  • Ergonomie : Bien que techniquement sophistiqué, le NV-SX50 est facile d’accès : on pourrait (presque) se passer du mode d’emploi.
  • Détecteur de mouvement : Très efficace pour des séquences amusantes d’animations vivantes, de caméras cachées ou plus sérieusement de télésurveillance.
  • Réglages : Iris, obturateur, gain, mise au point (par bague), les débrayages sont nombreux.

Les moins

  • Image : Correcte pour du S-VHS, mais pas tout à fait à la hauteur des performances globales de l’appareil.

Verdict

Le rapport qualité prix est excellent pour ce dernier né de la gamme Panasonic. En effet, il est remarquable de trouver sur le même appareil tant de fonctions élaborées, en particulier en montage ; même si paradoxalement la qualité de l’image nous semble correcte sans plus pour du S-VHS-C.

CV 111