Canon MV750i

Compact, léger, le MV750i est le plus complet des caméscopes numériques d’entrée de gamme de la nouvelle série MV700 de Canon. Les appareils de cette famille se différencient par l’amplitude de leur zoom, la présence ou non d’une SD Card, d’un port USB, d’une sortie Y/C et d’entrées vidéo.

Performant et Économique

canon MV750iLe Canon MV750i se situe dans la ligne du MV650i de la gamme 2003. Parmi les améliorations : un meilleur traitement des images et du son, une compacité supérieure et une augmentation de l’autonomie. De plus, son prix a chuté de près de 25 % par rapport au prédécesseur.

Le Test

Ergonomie

Compact et fonctionnel, le MV750i se glisse facilement dans une poche. Avec ses 585 grammes prêt à tourner, il offre une bonne ergonomie et un accès facile aux réglages de base, malgré le nombre restreint de touches. Elles sont relayées par des menus en français et à accès direct, sans avoir à ouvrir l’écran. On y trouve, entre autres, les réglages manuels de base : exposition, vitesse d’obturation et balance des blancs. Il suffit de naviguer puis de valider sa sélection via une molette multifonction à pression. Côté réactivité, on compte 15 secondes pour charger une cassette et 6 secondes pour mettre l’appareil en service. En appuyant sur la touche Record, l’enregistrement sur bande est quasi instantané et silencieux. On apprécie ! Le MV750i est doté d’une griffe porte-accessoires passive, sans alimentation. Avec la batterie fournie, le temps d’enregistrement en continu est donné pour 85 ou 125 minutes avec l’écran LCD ou le viseur. Sur le terrain, l’autonomie baisse à environ 45/65 minutes. On peut néanmoins utiliser des batteries plus capacitaires. Le circuit de recharge intégré au boîtier n’épargne pas l’utilisation d’un bloc secteur.

Capteur et objectif

Au capteur 1/6 de pouce (800000 pixels) est associé un zoom optique ×22 et numérique ×440 avec un seuil intermédiaire à ×88. L’équivalent photo de la focale optique minimum est de 54 mm donc difficilement exploitable sans recul. Aussi, le MV750i est-il livré avec un convertisseur grand-angle  (×0,7) qui le ramène à environ 38 mm, ce qui est plus confortable. Au prix de 170 euros, il reste en option sur les autres modèles. Le zoom explore l’ensemble des focales optiques entre 4 et 32 secondes, selon la pression exercée sur la touche.

Automatismes et réglages

On trouve six modes d’exposition automatique. Le réglage manuel de l’exposition s’effectue sur une échelle de quinze valeurs, se traduisant par un éclaircissement ou un assombrissement progressif de l’image. L’autofocus est fiable dans de bonnes conditions de lumière, mais décroche vite sous un faible éclairage ou sur des sujets décentrés. La balance des blancs est débrayable avec une position manuelle et deux valeurs préréglées (intérieur et extérieur). A ces fonctions s’ajoute le mode 16/9. Il manque une commande indépendante de compensation de contre-jour, plus pratique que le système AE Shift. Enfin, la vitesse d’obturation peut varier jusqu’au 1/8000 (huit valeurs) en vidéo, et 1/250 en photo sur carte mémoire. Pour bien reproduire les tons chair, le camescope est doté d’une fonction d’analyse spécifique (Skin détail) qui les adoucit et les rend plus naturels. La sensibilité étant faible, les vitesses lentes de l’obturateur s’activent automatiquement dès que la luminosité baisse. Cependant, on peut régler le camescope pour qu’il n’utilise pas de vitesse inférieure au 1/25 afin d’éviter des effets de rémanence sur les mouvements trop perceptibles. Le mode Basse Lumière fixe la vitesse au 1/12 de seconde et Night l’adapte automatiquement à la luminosité de la scène, générant une rémanence plus ou moins importante sur les mouvements. Super Nuit active automatiquement une lampe d’appoint, constituée d’une diode électroluminescente blanche, pour éclairer la scène.

Effets spéciaux numériques

Au programme: neuf fondus, neuf effets spéciaux et une fonction Multi-image permettant de saisir et afficher simultanément quatre, neuf ou seize images. Tout est disponible en enregistrement et en lecture, avec une limitation au mode Pause pour les effets Multi-image en lecture. Enfin, toujours en lecture, un zoom numérique permet d’agrandir jusqu’à cinq fois la zone de son choix. Quinze illustrations sont stockées sur la SD Card. On peut combiner une image fixe de la carte mémoire avec une autre, fixe ou mobile, de trois façons différentes: l’image mobile apparaît dans la zone bleue de l’image fixe (Card chroma), dans sa zone claire (Card lumi), ou inversement, c’est l’image fixe qui se loge dans la zone bleue de la mobile (Cam chroma). A partir des images fixes de la carte fournie, on peut associer trois effets d’animation (Coin, Droit, Aléatoire) avec ses propres enregistrements (c.animation). Tous ces effets ont des niveaux paramétrables.

La photo sur carte mémoire

Le MV7501 stocke des images fixes en JPEG sur SD Card. Une aide à la mise au point propose trois cadres de réglage automatique (Gauche, Centre, Droite). Les images sont capturées en mode Progressif qui précise les contours. Deux formats disponibles: 1024 × 768 et 640 × 480, et trois niveaux de compression. Sur la SD Card fournie (8 Mo), on case de 13 à 84 images fixes selon les paramètres choisis. Pendant l’enregistrement d’une séquence vidéo sur bande, on peut simultanément filmer et photographier. Cette fonction impose une taille photo de 640 x 480. Les images sur carte mémoire peuvent être transférées sur la bande et inversement.

Le logiciel PhotoStitch permet, sur ordinateur, d’assembler une série d’images se chevauchant pour les fusionner en une seule, et créer une vue panoramique. Le MV750i est compatible PictBridge pour imprimer directement des images fixes de la carte, sans passer par un ordinateur. On peut acquérir des vidéo clips en MJPEG avec un son monophonique, en 320 x 240 ou 160 x 120, avec une durée respective de 20 ou 50 secondes de film sur la SD Card fournie. Mais ces images, réservées aux applications Internet, manquent de fluidité.

Connectique et montage

Outre ses entrées/sorties analogiques, composite, Y/C et DV, le MV750i dispose d’un port USB pour le transfert des images fixes vers un ordinateur (logiciel fourni). Toute la connectique, est implantée sur le boîtier. L’entrée DV In du camescope permet de sauvegarder un montage sur cassette, par exemple. Equipé d’un convertisseur intégré, il numérise les signaux vidéo issus de magnétoscopes ou de caméscopes analogiques. Cet appareil permet aussi les visioconférences et l’envoi d’images et de son sur Internet (fonction Webcam), grâce aux logiciels fournis.

Image et son

Avec le modèle testé, nous avons visualisé à la sortie Y/C environ 500 points-ligne sur notre mire de référence. Bon résultat ! Avec le complément grand-angle, on obtient la même résolution en plan serré, mais avec une perte de détails sur les plans larges. Aussi, déconseillons-nous de conserver le grand-angle en permanence sur l’objectif, même s’il ne pèse que 10 grammes. De plus, dans certaines circonstances, il perturbe la mise au point automatique et oblige l’opérateur à passer en Manuel. Pour modifier la colorimétrie, on utilise les positions préréglées ou le mode Manuel de la balance des blancs. La sensibilité de l’appareil est faible mais peu de fourmillements apparaissent dans l’image en basse lumière car, dans ce cas, les vitesses lentes sont automatiquement activées (obt. lent auto On). Une commande permet de la limiter au 1/25 (obt. lent auto Off), pour que les images restent fluides et exploitables. Par ailleurs, le Smear (raie lumineuse verticale) se manifeste sur les sources de lumière ponctuelles et intenses.

Globalement, les images sont belles, aussi bien en vidéo qu’en mode Photo, grâce au traitement effectué par le processeur DIGIC DV. Ce processeur sert à optimiser la qualité des images, et se rapprocher de la couleur que l’œil perçoit, notamment les tonalités et les détails fins. Pour cela, les vues sont analysées sur 220 niveaux en vidéo et 256 en photo sur les deux types d’enregistrements. Et ce, même lors d’une sauvegarde simultanée. Dans de bonnes conditions d’éclairage, les couleurs sont équilibrées, avec une légère dominante marron qui «réchauffe» les images et les rend agréables à regarder.

Côté audio, on a une bonne stéréo et un son précis. Le nouveau circuit de traitement numérique des signaux (AIF4) remplace celui des précédents modèles pour améliorer la qualité d’enregistrement. Le dispositif de contrôle de niveau automatique assure, quant à lui, une meilleure reproduction du son sur le haut-parleur intégré, même quand le volume est au maximum. Enfin, un nouveau filtre atténue la captation du bruit mécanique de la cassette et améliore le rapport signal/bruit (40 dB). Résultat, le microphone ne saisit pratiquement pas de bruits de fonctionnement, mais, dans les endroits silencieux, on perçoit un léger bruit de fond, plus ou moins grave, selon les modèles de la gamme. Il disparaît avec d’autres sons graves dès que l’on active le filtre coupe-vent du circuit micro.

Notre Verdict

Discret par la taille, complet et facile à manipuler, il offre un rapport fonctionnalités/compacité/prix très intéressant, surtout dans le cadre d’une exploitation familiale. Outre la qualité des images reproduites, on apprécie son mode Photo panoramique sur carte mémoire, son complément grand-angle (x0,7) et sa fonction d’impression directe sans passer par un ordinateur. Le MV750i offre, par ailleurs, le meilleur rapport qualité/prix de la gamme MV700.

Caractéristiques Canon MV750i

  • Capteur : 1/6 pouce à 800 000 pixels environ 400 000 pour la vidéo et 528 000 pour la photo sur carte mémoire.
  • Zoom : x22, 2,8 à 61,6 mm f/1,6-3,6. Zoom numérique x88 et x440.
  • Mise au point : Auto, manuelle (molette multifonction).
  • Exposition : Auto, manuelle (AE shift), 6 modes AE.
  • Bal. des blancs : Auto, mémorisation, manuelle + préréglages intérieur et extérieur.
  • Obturateur : Auto, manuel du 1/50 au 1/2000 en vidéo, 1/12 en Low Light et du 1/50 au 1/250 en photo. Vitesses lentes automatique.
  • Viseur/écran : Viseur couleur 113 kpixels, écran couleur 6,35 cm, 112 kpixels.
  • Connectique :
    • Entrée/sorties A/V : Ushiden, mini-Jack (composite et audio) et DV (In/Out), port USB, prise casque commutable A/V.
    • Audio : Stéréo PCM 12 bits/32 kHz ou 16 bits/48 kHz.
  • Format/standard : Mini-DV/Pal.
  • Autres fonctions : Stabilisateur numérique, modes SP/LP, vitesse lente automatique, mode photo, 9 effets de transitions (Fondus/volets au noir, En coin, Saut, Retournement, Puzzle, Zigzag, Rayon,Marée), 9 effets spéciaux (Solarisation, Noir et blanc, Sépia, Mosaïque, Ballon, Cube, Vague, Masque de couleur, Miroir), multi-image(4, 9 ou 16 images), tous actifs en enregistrement et lecture sur bande, effetNoir et blanc sur carte mémoire, doublage audio, retardateur, mode 16/9, zoom en lecture jusqu’à x5, recherche de séquences à l’enregistrement et de fin de séquence à la lecture, data code, filtre coupe-vent, HP, pause, image par image avant-amère au ralenti et double vitesse, Night, Night + et Super Night mode, griffe porte-accessoires passive.
  • Poids : 585 g (avec batterie fournie, SD Card et cassette DV 60) et 495g nu.
  • Dimensions : 53 × 95 × 139 mm.
  • Prix indicatif : 749 €

Les rivaux

Parmi les modèles dotés de cartes mémoire et entrées vidéo, on trouve, dans la gamme hiver 2003-2004 :

Panasonic NV-DS65

Sa qualité d’image en fait un vrai rival. En effet, ses vues ont une meilleure résolution (510 points-ligne) en vidéo, mais moins bonne en photo (640 × 480). On trouve une prise micro, une torche intégrée et un micro-zoom, un viseur noir et blanc, un zoom optique x10 qui débute par un 43,5 mm en équivalent photo. Prix : 850 euros.

Samsung VP-D26i

Moins bonne résolution en vidéo (460 points-ligne) et photo (640 × 480), zoom optique x10 se situant autour de 48 mm en équivalent photo, écran LCD de 8,9 cm, prise micro, pas de griffe porte-accessoires, viseur noir et blanc, pas de prise casque, logiciel de montage fourni (Video Studio 5 SE). Prix : 850 euros.

Sony DCR-TRV355

Digital 8 lisant les cassettes Video8 et Hi-8, viseur noir et blanc, résolution vidéo comparable (500 points-ligne) mais photo en 640 x 480. Focale mini 45 mm en équivalent photo, mini-torche, zoom optique x20, viseur noir et blanc, pas de doublage son, prises micro, casque et Lanc, logiciel de montage en MPEG-1 et de gravure sur Vidéo CD (Pixela Image Mixer pour PC), montage avec mémorisation de 20 séquences. Prix : 800 euros.