Camescopes numériques Canon

Après avoir fabriqué avec un grand succès d’excellentes caméras 8mm, super 8 et 16mm, Canon s’est orienté vers la conception et la fabrication de camescopes Video8 et Hi8, puis de camescopes numériques. Toujours à la pointe de l’innovation et de la qualité d’image, Canon est la valeur sûre en matière de qualité de fabrication et de qualité d’image. Choisir un matériel dans la gamme de camescopes numériques Canon c’est l’assurance de ne pas se tromper, et les professionnels du reportage ont souvent choisis le camescope Canon XL1 comme appareil de prédilection pour la prise de vue.

Pour le transfert de K7 miniDV provenant de matériel de prise de vue Canon, la procédure est identique à celle des autres camescopes numérique mini DV.

Canon MV1

Un résultat probant pour le premier DV de la marque, avec une ergonomie excellente rappelant celle des appareils photo à viseur de poitrine. Canon a su résister à la tentation du menu à tout faire dans lequel il faut fouiller pour trouver le débrayage nécessaire à la situation (pratique en plein tournage !). Son menu concerne les fonctions secondaires. Pour le reste (mise au point, exposition, Flexizone), le Canon MV1 exploite un système de molettes. Un choix intelligent. Côté viseur couleurs, Canon nous avait habitués à mieux, 132.000 pixels sur modèle aussi ambitieux, c’est maigre. Très fonctionnel, l’écran n’offre pourtant pas toute la souplesse d’un écran latéral aux angles d’inclinaison plus variés et capable de se tourner vers le sujet.

Canon MV1

La qualité du mode Photo se révèle supérieure à celle de la concurrence (celle d’un appareil photo numérique milieu de gamme). Autres atouts, le stabilisateur optique, la prise DV et la prise flash (avec mesure TTL).

Sur le prototype, la définition de l’image nous a paru excellente. Mais ce point reste à vérifier sur un modèle de série.

  • Format : Caméscope numérique mini DV Pal.
  • Prix : 17.000 F (2.591 €)

Les plus

  • Débrayages : mise au point, balance des blancs, exposition, obturateur avec vitesses d’obturation lentes.
  • Sortie DV.
  • Capteur mono CCD 1/3″, Progressive Scan.
  • Stabilisateur optique.
  • Ecran 5,1 cm, 113 kp. Viseur couleurs 113 kp.
  • Vitesse lente d’enregistrement.
  • Flexizone.
  • Semi-grand angulaire.
  • Zoom ×14 (moyenne des zooms DV : ×10).
  • Pause parfaite, ralentis.
  • Accepte des flashs Canon photo TTL (option).
  • 4 modes AE (plage et neige, spot, priorité obturation, priorité ouverture).
  • Conversion négatif/positif avec adaptateur en option FP-100.
  • Fondus noir, mosaïque, effacement vertical et fenêtre. Mode 16:9.

Les moins

  • Pas de doublage son.
  • Ecran moins mobile que ceux des concurrents.

Verdict Canon MV1

Le deux-en-un photo-vidéo par excellence, à l’ergonomie très réussie. Destiné aux vidéastes avertis qui souhaitent exploiter les nombreux réglages dans de bonnes conditions.

test Canon MV1

CV 110

Canon MV100

Avec son allure d’appareil photo compact (regardez côté Ixus), ce camescope numérique Canon développe un concept original.

Canon MV100

A priori le Canon MV100 se contente d’un simple écran dorsal pour la visée. Sauf que rien n’interdit, en cas de luminosité excessive de coiffer celui-ci d’un adaptateur, le transformant en un tournemain en un confortable viseur. Ce petit accessoire fourni se « clippe » facilement sur l’écran. Une trouvaille astucieuse et économique puisqu’elle permet de réduire l’encombrement et le coût du camescope sans nuire au plaisir du tournage. Avec 180 000 pixels, l’écran couleurs en question se révèle très précis et surtout plus mobile que celui du MV1 puisqu’il se redresse et se retourne complètement vers le sujet pour permettre l’autofilmage (façon SC100). Enfin sortie DV, prise Lanc, vitesse lente d’enregistrement figurent au programme, mais on se contente, compacité oblige, d’un stabilisateur numérique plutôt qu’optique. Lappareil est livré avec un chargeur double, mais une seule batterie. Dommage, car son autonomie est très limitée.

  • Format : camescope numérique mini DV Pal.
  • Prix : 12.000 F (1.829 €).

Les plus

  • Débrayages : mise au point, exposition.
  • Sortie DV.
  • Enregistrement SP/LP.
  • Stabilisateur numérique+.
  • Ecran 6,35 cm, 180 000 pixels + adaptateur viseur.
  • Forte compacité (11,8 × 8,55 × 5,57 cm. 480g).
  • Modes 16:9 et Photo. Effets numériques : 2 fondus par effacement, et auto. N & B, image graphique, sépia, strobo.
  • Retardateur.
  • Enregistrement audio
    • 12 bits/32 kHz et
    • 16 bits/48 kHz.
  • Batterie : Lithium-Ion.
  • Chargeur double batterie.

Les moins

  • Autonomie.
  • Balance des blancs non débrayable.
  • Pas de doublage audio.
  • Pas de prise micro.

Verdict Canon MV100

Une ergonomie d’appareil photo compact version camescope DV. Le MV100 se démarque de ses concurrents dépourvus de viseur, par son astucieux écran transformable.

cv 117

Canon XL 1

Canon sort l’artillerie lourde avec ce caméscope numérique tri-CCD exceptionnel aux caractéristiques inédites ou rares en DV. D’abord ses objectifs interchangeables permettent, entre autres, le zooming manuel.

Canon XL 1

Ensuite son entrée DV évite l’achat d’un enregistreur aux adeptes du montage virtuel. Enfin, on apprécie sa sophistication en matière d’enregistrement sonore. Il offre, en effet, le réglage indépendant des niveaux audio de 2 micros stéréo ou du micro et de l’entrée ligne (très pratique pour l’enregistrement d’un concert à partir de la sono + commentaires par exemple). De plus, il restitue une qualité sonore bien supérieure à celle des autres DV. Non seulement, la richesse des débrayages comble ceux qui souhaitent tout contrôler, mais l’abondance des semi-automatismes apporte des réponses adéquates aux situations spécifiques. Côté ergonomie, le Canon XL 1 bénéficie d’un concept novateur, c’est le premier modèle de poing transformable en épaulière grâce à une patte amovible. Enfin, l’image est excellente avec un beau piqué (530 points-ligne de définition) et une riche colorimétrie.

  • Dim./Poids : 233×214×415 mm. 2,8 kg équipé.
  • Format : miniDV Pal
  • Prix : 30.000 F (4.573 €)

Les plus

  • Débrayages : Zoom, mise au point (+ Push AF), balance des blancs (+ 2 préréglages), iris, exposition (+ verrouillage), gain (- 3/ + 12), obturateur rapide/lent + priorité vitesse et diaphragme.
  • 3 CCD.
  • Entrée/sortie DV.
  • Environ 530 pts-ligne.
  • Objectifs interchangeables.
  • Stabilisateur optique.
  • Viseur couleur 180 kp.
  • Réglages des niveaux d’enregistrement sonore + entrée ligne.
  • Enregistrement audio 12 et 16 bits.
  • Son excellent.
  • Enregistrement SP/LP.
  • Options (prises XLR, grand-angle … ).
  • Compatibilité avec les objectifs photo EF/XL.
  • Effets : doubleur de focale, fondu au noir, 16:9. Modes Photo Frame.
  • Filtre neutre et Zébra.
  • Ralentis, image/image.
  • Télécommande avec Jog/Shuttle.
  • Prise Lanc.

Les moins

  • Sensibilité.
  • Déséquilibre en position épaulière compensable par batteries longue durée en option.
  • LCD du viseur sensible  à la lumière.
  • Pas d’entrées analogiques.
  • Pas de butée sur la bague de mise au point.

Verdict Canon XL 1

Ce très haut de gamme se destine aux experts, voire aux professionnels, même s’ils lui adressent quelques reproches, dont sont exempts les matériels Broadcast plus couteux. Un prix toujours justifié en regard des possibilités uniques.

CV 133 S

Canon XM1

Avec ce caméscope numérique tri-CCD, Canon entend bousculer le Sony TRV900. Il a équipé son « guerrier » d’un objectif de série L, réservé aux appareils photo pros.

Canon XM1

Résultat, une superbe image de plus de 530 points ligne, servie par une très belle colorimétrie bien équilibrée. Côté audio, pas de réglages du niveau d’enregistrement. Mais, contrairement au TRV900, le micro n’est pas intégré dans la coque, ce qui limite les bruits de fonctionnement et assure une restitution sonore supérieure. Très bon confort de tournage, grâce à l’ergonomie étudiée et la poignée de transport, qui supporte les doubles commandes de marche arrêt et zoom. Il est plus volumineux que ses rivaux directs, mais nous avons rarement obtenu des images aussi stables. Le stabilisateur optique y contribue. A noter, le zoom optique ×20, l’entrée/sortie DV et la possibilité de régler la colorimétrie. Sa focale minimale 37 mm est un poil plus courte que celle du TRV900. Mais, bien que l’image ne fourmille pas en basse lumière, le Canon XM1 est moins sensible que le Sony, il est dépourvu d’entrées analogiques, et comporte un écran moins vaste (6,35 cm).

  • Dim./poids : 117×135×272 mm. 1250 g nu.
  • Format : miniDV Pal
  • Prix : 18.000 F (2.744 €)

Les plus

  • Débrayages : mise au point (par bague), balance des blancs (+ préréglages), exposition, gain (de – 3 à+ 12), obturateur rapide 1/16.000 s + priorité vitesse et diaphragme.
  • 3 CCD.
  • Entrée/sortie DV.
  • Plus de 530 pts-ligne.
  • Objectif avec 1 lentille fluorite.
  • Viseur couleur 180 kp et écran 122 Kp.
  • Stabilisateur optique.
  • Enregistrement audio 12 et 16 bits.
  • Doublage son.
  • Qualité du micro.
  • Commandes de zoom et enregistrement doublées sur la poignée.
  • Enregistrement SP/LP.
  • Modes : Photo et Frame. 5 effets, 16:9.
  • Filtre neutre et Zébra.
  • Réglage de la colorimétrie (phase) et netteté.
  • Ralentis, image/image.
  • Durée de la batterie environ 60 minutes en continu et jusqu’à 4 h en option.
  • Prise Lanc.

Les moins

  • Pas d’entrées analogiques.
  • Pas de réglages des niveaux d’enregistrement sonore.
  • Pas de zooming manuel.
  • Pas de grand-angle.
  • Ecran petit par rapport à la taille de l’appareil.

Verdict Canon XM1

Le Canon XM1 remplit parfaitement l’essentiel du contrat, avec une restitution vidéo et audio très haut de gamme. Il bénéficie d’une ergonomie bien pensée et de réglages nombreux et accessibles. Voilà qui rend le match avec le TRV900 serré.

CV 133s

Canon MV20

Le Canon MV20 oppose aux autres caméscope numérique DV hyperminiaturisés un stabilisateur optique des plus efficaces autorisant des mouvements très coulés.

Canon MV20

Côté définition, on atteint les 500 points-ligne, pour une image très « propre ». De fait, parmi les modèles « verticaux », il l’emporte pour le piqué et la colorimétrie. Côté audio, en revanche, le niveau d’enregistrement sonore est un peu faible. Le reste répond bien aux attentes du consommateur exigeant : écran de qualité, mode Progressive Scan pour améliorer la netteté des images fixes, autofocus précis et rapide, nombreux débrayages. Ses dimensions sont légèrement supérieures à celles des autres « verticaux », mais la prise en main n’en est que meilleure. L’autonomie (une quarantaine de minutes en tournage réel) est un peu inférieure à celle des autres minis en raison de la consommation du stabilisateur optique. Choix contestable, Canon a implanté ses prises micro, casque et Lanc sur une base optionnelle. Enfin, identique en tous points, le MV20i, 2.000 F de plus, bénéficie d ‘une entrée/sortie DV très prisée des adeptes du montage virtuel.

  • Dim./Poids : 55 × 127 × 92 mm. 590 g nu.
  • Format : miniDV Pal
  • Prix : 10.000 F (1.524 €)

Les plus

  • Débrayages : mise au point, balance des blancs, exposition, obturateur rapide (jusqu’au 1/4.000 s). 5 modes AE (portrait, sport, Spotlight, sable et neige, basse lumière).
  • Sortie DV (+ entrée sur le MV20i).
  • 500 pts-ligne et qualité générale de l’image.
  • Stabilisateur optique.
  • Viseur couleur 113 kp et écran (6,35 cm, 180 kp).
  • Progressive Scan.
  • Compacité et excellente ergonomie.
  • Enregistrement SP/LP.
  • Batterie Info-Lithium.
  • Pause parfaite/ralentis.
  • 4 effets créatifs + 3 effets multi-images, certains disponibles en lecture. Mode 16:9.
  • Mode Photo.
  • Chargeur double.
  • Télécommande capable de déclencher l’enregistrement sur toutes marques de magnétoscopes.

Les moins

  • Pas de doublage son sur le camescope.
  • Prises Lanc, micro et casque sur la base optionnelle DU200 (env. 360 F).
  • Le niveau d’enregistrement sonore est plus faible que celui des rivaux.
  • Gain non débrayable.
  • Consommation du stabilisateur.

Verdict Canon MV20

Il s’est distingué par sa qualité d’image lors d’un récent comparatif entre DV hyper-miniaturisés. De plus, malgré sa compacité, il intègre un stabilisateur optique haut de gamme : un petit exploit technique et un vrai « plus » pour le vidéaste. Un beau compromis performances-prix.

CV 133s

Canon MV200

Les camescopes numériques DV entrée de gamme, n’ont rien de modèles au rabais. Pour preuve le Canon MV200.

Canon MV200

Cumulant écran et viseur couleurs, il bénéficie du stabilisateur optique, véritable Joker de la marque. Autre particularité : le Flexizone, pour ceux qui veulent s’affranchir des automatismes, mais que rebutent les réglages manuels (présents pour qui le souhaite). Le zoom ×16 attaque avec un semi-grand-angle, correspondant à un 35 mm photo. Appréciable quand on manque de recul. Bonne image, avec une définition de 500 points ligne, mais le résultat paraît moins piqué et le Smear plus prononcé qu’avec le Canon MV20. La colorimétrie se révèle très vivante en extérieur, mais tend vers un peu vers le jaune en intérieur, surtout peu éclairé. L’autofocus se comporte bien. La sensibilité est supérieure à celle de certains DV situés dans la même gamme de prix (les DVL20/30/40 de JVC, par exemple). La batterie se recharge dans le camescope, et le bloc d’alimentation, très compact encombre peu en déplacement. Notez la table de montage 20 séquences. A 9.000 F, son jumeau, le MV200i a l’entrée DV.

  • Dim./Poids : 157 × 76 × 100 mm. 720 g.
  • Format : miniDV Pal
  • Prix : 8.000 F (1.220 €)

Les plus

  • Débrayages : mise au point, exposition, balance des blancs, obturateur rapide (jusqu’au 1/8.000 s). Obturateur lent 1/12 s en mode basse lumière. 4 modes AE : sport, portrait, Spotlight, basse lumière, sable et neige.
  • Flexizone.
  • Sortie DV (+ entrée pour MV200i).
  • 500 points-ligne.
  • Stabilisateur optique.
  • Semi-grand-angle (35 mm photo).
  • Ecran 6,35 cm, 120 kp. Viseur couleur 133 kp.
  • Enregistrement SP/LP.
  • Effets : 1 Fondu au noir. 2 volets. Solarisation, monochrome, sépia, stroboscope, mode 16:9. Zoom numérique ×64 et ×320.
  • Mode Photo.
  • Enregistrement sonore en 12 et 16 bits.
  • Mémorisation 20 séquences.
  • Doubles commandes Start/Stop.
  • Griffe porte-accessoires.
  • Prise Lanc.
  • Bloc d’alimentation très compact.
  • Double commande d’enregistrement.

Les moins

  • Une tendance au Smear, plus sensible que sur certains rivaux.
  • Moins d’effets spéciaux que sur de nombreux DV.

Verdict Canon MV200

Très bon plan ! Il est passé à deux doigts du Top. Il réplique aux Sony TRV310 et JVC DVL30 par un stabilisateur optique et un viseur couleur. Peu riche en effets, il est fourni sans le kit multimédia du JVC, mais se rattrape par une ergonomie plus conviviale et un semi-grand-angle.

CV 133s

Canon MV400i

Le Canon MV400i se distingue d’emblée par une compacité supérieure et une esthétique plus raffinée que ses compétiteurs. Des touches rétroéclairées en bleu, cyan ou vert, au tournage comme en lecture, ajoutent une note design. Naturellement, rien n’interdit de les éteindre.

Danielle Molson – juillet 2001

Canon MV400i

Confort d’utilisation

Le plus esthétique, mais aussi le plus agréable à balader et à utiliser de cette sélection. Fonctionnel et compact, il s’emporte facilement. Il se signale par un accès aisé aux réglages. La batterie fournie est l’une des plus confortable du comparatif.

Automatismes et réglages

Les menus les plus fonctionnels de ce petit club. L’absence de touche contre-jour manquera à certains. Le stabilisateur dégrade un peu l’image en basse lumière, mais l’autofocus est efficace et la balance des blancs automatique gère mieux qu’ailleurs les situations difficiles. 5 modes AE.

Capteur et zoom

Un capteur ¼ de pouce, un peu moins riche en points photosensibles que d’autres caméscopes numérique DV (540.000 pixels). Un zoom ×10, dépourvu de grand angle (autour de 43-45 mm minimum en équivalent photo), mais très souple.

Qualité d’image

Entre 460 et 480 points-ligne de résolution horizontale, d’où des arrière-plans moins «fouillés» qu’avec le JVC par exemple. En contrepartie sa sensibilité est supérieure à celle des rivaux, avec des couleurs plus vives dans des conditions d’éclairage défavorables.

Capacité audio

La qualité audio du Canon MV400i est desservie par l’enregistrement d’un bruit continu, plus perceptible qu’ailleurs. Mais, on n’entend pas de bruit de zooming et il reste discret durant le tournage. Il possède une prise spécifique et une griffe porte-accessoires pour installer un micro externe mieux isolé.

Potentiel de montage

Un potentiel remarquable puisque le Canon conjugue entrées DV et analogiques. Ces dernières lui permettent notamment de copier en numérique DV des rushes analogiques pour mieux les conserver ou les exploiter en montage virtuel.

Autres fonctions

Peu de fonctions secondaires, sinon les volets et fondus au noir et mosaïque et les filtres : solarisation, monochrome, sépia, mosaïque, noir et blanc. Trois modes multi-image.

Qualité/Prix

Si son ramage se rapportait à son plumage, il nous comblerait. Cela dit, les plus exigeants lui grefferont un micro externe. Et il est le seul à posséder des entrées DV et analogiques.

CV 151