HISTOIRE DE LA VIDÉO

Autant l’histoire du cinématographe est jalonnée d’étapes marquantes, autant l’histoire de la vidéo emprunte des chemins de traverse. Tentative de chronologie, de la fin du XIXe siècle à notre époque qui nécessite désormais de trouver un bon laboratoire de numérisation vidéo pour pouvoir la regarder sur son téléviseur.

Didier Husson – mai 1996

Selon la plupart des théoriciens de l’art vidéo, celui-ci est trentenaire et son maître accoucheur est Nam June Paik. 11 mars 1963, galerie Parnass, Wuppertal (Allemagne). L’artiste coréen, disciple de John Cage et de Karl-Heinz Stockhausen, installe dans un bric-à-brac surréaliste, « Treize téléviseurs préparés ». Des fréquences sonores passent dans chacun des tubes cathodiques qui produisent froissements, distorsions, défilements verticaux…

NE LAISSEZ PAS VOS PRÉCIEUX SOUVENIRS DISPARAITRE DANS L'OUBLI !

Offrez-vous la tranquillité d’esprit en préservant vos cassettes vidéos grâce à notre service de numérisation professionnel. Transformez vos précieux moments en vidéos numériques dès aujourd’hui !

AVANT PROPOS

Avant de passer à la chronologie à proprement parler, commençons par aborder les points qui ne le sont pas dans le reste de cette rétrospective.

Standard de télédiffusion

Depuis l’avènement du streaming ces mystérieux acronymes font partie de l’histoire. Les standards vidéos (pal, secam ou ntsc) pour lire une cassette vidéo. Dans le meilleur des cas une erreur donnera une vidéo noir et blanc ou lieu de l’image couleur originale.

Les différents formats vidéo

La concurrence commerciale a entraîné le développement de différents formats vidéos, parfois incompatibles : VHS plein format, VHS-C, 8 mm, Hi-8, DV…

La conservation des cassettes vidéo

L’histoire de la vidéo ne permet pas de tirer des conclusions. Les réponses des fabricants de cassettes ou des utilisateurs professionnels couvrent toute la gamme des nuances, de la prudence dubitative à l’optimisme le plus aveugle concernant la durée de vie et le meilleur moyen pour conserver ses cassettes vidéo.

1885
1900
1926
1946
1949
1958
1960
1967
1969
1970
1971
1974
1977
1980
1983
1984
1988
1989/90

L’APRÈS VIDÉO ?

Elle est partout aujourd’hui : dans la formation, la communication, la surveillance, la pédagogie, la médecine, le loisir. Elle a réussi ses noces avec la numérisation et l’informatique, poussée à l’extrême sa miniaturisation. Aujourd’hui dans votre salon, la chaîne vidéomatique complète. Le montage virtuel, le camescope numérique, le smartphone, le drone… D’un point de vue esthétique et moral ce qui est un peu la même chose, l’analyse sur l’« évolution » de la vidéo, proposée en 1988 par Philippe Dubois dans la revue Communication, reste fort pertinente.

Schématiquement : des créateurs visionnaires, Méliès, Gance, Vertov, « imaginent » l’art électronique. Renoir ou Welles, anticipent certains de ses procédés d’écriture.

Années 60 : le cinéma « moderne », la Nouvelle Vague de Godard, le cinéma direct de Jean Rouch, intègre les effets télévision, l’adresse directe au spectateur, l’interview.

Les années 80 sont déjà celles de l’« après vidéo ». La sacralisation du support n’est plus de mise. Nous sommes passés de la représentation cinématographique à l’image éclatée, multiple et les effets esthétiques de la vidéo sont intégrés dans les films. Mais les progrès technologiques stimulés par la guerre économico-industrielle attendent encore les nouvelles générations de génies créateurs…