Sanyo VEM S1

Sanyo VEM S1 flanc gauche

Etonnant, ce petit camescope video 8 Sanyo de poing de moins de 900 g et équipé d’un zoom 8 ×. Ses performances s’alignent avantageusement sur celles des meilleurs 8 mm du marché. Le secret de sa petite taille : l’utilisation d’un tambour de 27 mm de diamètre seulement. Ce petit bijou risque de faire perdre la tête aux partisans des modèles plus imposants tant sa maniabilité est déconcertante. Cet excellent outil, très léger, enchantera tous les vidéastes qui misent sur la discrétion.

Christian Imbert – septembre 1989

Présentation

Sanyo, neuvième groupe japonais de l’électronique avait présenté à la dernière Photokina toute une gamme de nouveaux camescopes 8 mm qui viennent d’arriver sur le marché français. Le VEM S1 modèle poids plume, en constitue le plus beau fleuron. D’une forme très sympathique, hypercompact, le Sanyo VEM-S1 étonne par sa légèreté (900 g). Petit camescope de poing de 25 cm de long et 15 cm de haut, sa conception ergonomique est classique, avec un regroupement des fonctions caméra et magnétoscope et un viseur électronique fixé au-dessus du boîtier.

Les commandes de base sont accessibles par la poignée : déclenchement de l’enregistrement et variation du zoom électrique par touche à bascule à deux positions, « W » (élargissement du cadre jusqu’à la position semi-grand angle) et « T » (longues focales). Le secret de la miniaturisation du Sanyo VEM-S1 réside dans l’utilisation d’un nouveau tambour à quatre têtes rotatives miniaturisées de 27 mm de diamètre, au lieu de 40 mm pour un magnétoscope 8 mm conventionnel. L’ enroulement de la bande magnétique s’effectue à 270°. Ce nouveau mécanisme libère 57% du volume consacré à la mécanique d’entraînement. Ce petit magnétoscope lecteur/enregistreur intégré ne dispose que de la vitesse standard avec une autonomie maximum d’enregistrement et de lecture de 90 minutes avec les cassettes PS-90.

L’option aussi est remarquablement miniaturisée sans sacrifice de performances puisque le VEM-S1 est équipé d’un objectif f : 1,6 zoom 6 × 12/72 mm à double commande électrique et manuelle, position macro, à mise au point par déplacement de lentilles internes.

Traitement séparé luminance et chrominance

Le nouveau camescope Sanyo VEM-S1 utilise un système autofocus digital TTL (à travers l’objectif) pour le contrôle en permanence de la mise au point. Le système repose sur l’analyse des contours de l’image, par détection de l’amplitude des signaux vidéo transmis par l’objectif après leur numérisation. Le réglage de mise au point peut être mémorisé, même en cours de tournage, ou effectué manuellement. Une opération nécessaire lorsque le sujet filmé est très lumineux ou manque au contraire de contraste. L’automatisme est mis en défaut également en présence de plusieurs sujets situés à des distances très différentes.

Le réglage automatique de l’exposition est assuré également par micro-ordinateur avec une double analyse au niveau de l’arrière-plan et d’une zone centrale située au premier plan. Ce système assure une compensation automatique en situation de contre- jour.

Le troisième automatisme essentiel est celui du réglage de la balance des blancs. Il est assuré par une double mesure effectuée à partir d’un capteur externe situé sous le viseur d’une part et d’autre part grâce au capteur CCD interne dans le cadre d’une analyse TTL Cette double mesure, qui a l’avantage de prendre en compte à la fois la qualité de la lumière ambiante et celle qui est réfléchie par le sujet, assure une restitution de couleurs plus fidèle. Ceci dans une plage de température de couleur d’environ 3.000° K à 8.000° K. Au-delà de cette plage moyenne, le camescope est automatiquement commuté sur l’un des préreglages internes « extérieur lumières fortes » ou « éclairage intérieur ». Pour assurer une excellente qualité d’image, Sanyo a doté ce camescope d’un capteur CCD 470.000 points, image et d’un système électronique de traitement séparé des signaux vidéo de luminance (contraste) et de chrominance (couleur) après, leur enregistrement jusqu’à leur sortie. Ce n est pas encore du High band mais déjà un premier pas.

Le Sanyo VEM-S1 dispose d’un obturateur électronique permettant d’enregistrer au 1/1.000 s les sujets en déplacement très rapide. Ils conserveront toute leur netteté en lecture au ralenti ou en arrêt sur image avec un magnétoscope offrant de telles possibilités.

La fonction de fondu image et son, à l’ouverture et à la fermeture, est intéressante pour ménager des transitions entre deux séquences, pour, réaliser des ellipses. Assez curieusement, c est le fondu au blanc qui a été choisi. L’appareil permet aussi d’insérer la date et l’heure en bas et à droite de l’image.

Le viseur electron1que 2/3 pouce fixé sur le boîtier est orientable à 90°. Cela facilite les prises de vue en contre-plongée et la visée à hauteur de poitrine. Une deuxième commande d’enregistrement est d’ailleurs disponible pour maintenir cette position.

Organe de contrôle, le viseur est doté d’indicateurs lumineux affichant l’état des fonctions (pause ou enregistrement, le compteur de temps résiduel, commutation de l’autofocus du fondu, de l’horodateur). Des témoins s’affichent pour prévenir de la fin de la bande, de la charge de la batterie, de la condensation d’humidité ou, pour les distraits, de l’absence de cassette. Le viseur est réglable en dioptries. Au contrôle du cadre de prise de vue il ajoute la fonction de relecture des séquences enregistrées. Une touche spécifique permet de relire en pause d’enregistrement les deux dernières secondes.

Le mini-magnétoscope 8 mm incorporé est doté d’une tête d’effacement flottante, pour réaliser l’assemblage automatique des séquences sans raccord visible, et d’un automatisme de tracking pour la relecture des cassettes enregistrées avec d’autres appareils.

Le VEM-S1 permet la recherche rapide avant ou arrière à 9 × ou 7 ×, la vitesse normale, ainsi que l’arrêt sur image en mode pause. La lecture rapide s’effectue avec quelques barres de bruit qui ne nuisent pas à la lisibilité de l’image. En revanche, l’arrêt sur image est assez mal stabilisé, trop bruité.

Doté d’un connecteur de sortie audio/vidéo de type mini DIN, le VEM-S1 peut être raccordé directement à un téléviseur par prise audio-vidéo ou par liaison antenne avec l’adaptateur HF fourni, qui dispose d’une double sortie A/V ou antenne.

Ce nouveau camescope Sanyo peut recevoir plusieurs types d’alimentation. Batteries Cadmium-Nickel NP 55 à recharge rapide données pour quarante-cinq minutes d’autonomie, à fixation rapide à l’arrière du boîtier. Secteur par adaptateur toutes tensions de 100 à 240 V, chargeur de batteries. La batterie auto par cordon d’alimentation spécifique est fournie en option.

La balance des blancs ne peut être commutée en manuel

Le VEM-S1 est livré avec batterie d’origine, adaptateur-secteur, dispositif de chargement des accus, câble secteur, modulateur HF et câble de connexion TV, bandoulière et une sacoche légère, assez jolie et très bien conçue. prix indicatif : 12.990 F.

Sanyo propose des accessoires spécifiques. Des batteries longue durée de 90 mn d’autonomie à recharge rapide (2 heures), un support accumulateur fonctionnant avec six piles, un adaptateur pour batterie automobile par prise allume-cigare, une torche vidéo, un micro unidirectionnel ultra-sensible, une housse de protection contre la pluie en vinyle solide et transparent, un mini-trépied ainsi que deux jeux de convertisseurs optiques grand angle 0,7 × ou télé 1,4 × , des filtres de polarisation et d’effets spéciaux.

Nos tests confirment la très bonne qualité des images enregistrées aussi bien au niveau de la définition que du rendu des couleurs. La très haute définition est à porter au crédit du capteur CCD qui utilise environ 400.000 pixels. En extérieur, les couleurs sont très saturées. Le camescope fait merveille en particulier pour les prises de vue de sous-bois, inaccessibles aux émulsions argentiques.

Dans les conditions de très basse lumière, l’enregistrement reste possible grâce à la grande sensibilité de la caméra évaluée à 7 lux, en faisant abstraction d’une légère dominante magenta. Le capteur réagit bien aux hautes lumières même si l’on constate un léger phénomène de smear : filet de lumière verticaux autour des sources d’éclairage ponctuel. Le réglage automatique de la balance des blancs fonctionne très bien et ne peut être commuté en mode manuel. Malgré son système d’exposition automatique multi-zones à compensation automatique de contre-jour, le Sanyo VEM-S1 éclaircit difficilement les zones d’ombre voisinant avec les hautes lumières. On aimerait pouvoir disposer d’un réglage manuel de l’iris dans cette situation.

L’extrême légèreté de ce camescope permet d’emmener l’appareil avec soi dans tous les déplacements et de filmer sans fatigue. Inconvénient, cette même légèreté nuit à la stabilité de prise de vue. Il faut être très attentif aux risques de bougé.

Les commandes caméra sont regroupées sur la partie latérale avant gauche du camescope : alimentation, focus, shutter, fondu insertion de date et éjection de la cassette. Une seule lacune dans cette disposition fonctionnelle : la similitude des commandes d’alimentation générale et d’eject juxtaposées, favorisant des erreurs de manipulation.

Toutes les fonctions magnétoscope ont été judicieusement centralisées sur le boîtier et verrouillées par un couvercle amovible évitant toute fausse manœuvre pendant l’enregistrement. La recherche des séquences est favorisée par le compteur de bande en temps réel et la fonction de mémorisation.

L’enregistrement sonore s’effectue avec une qualité hi-fi. Le micro intégré unidirectionnel placé très près de l’objectif offre une très bonne sensibilité mais capte les vibrations des moteurs internes, ce qui se traduit par un bruit de fond quasi-permanent. Il est aussi très sensible au vent. Une prise micro permet de fixer un microphone extérieur qui donnera la pleine mesure du système d’enregistrement.

Le VEM-S1 Sanyo est un appareil intéressant par sa compacité comme par sa facilité d’ utilisation. Ce camescope de poche va donner naissance à toute une gamme de modèles dérivés qui possèderont de nouvelles fonctions comme la double vitesse d’enregistrement/lecture, la superimpression de titres ou le zoom 8 fois.

Caractéristiques Sanyo VEM S1

Section caméra

  • Capteur ccd : 470.000 pixels
  • Objectif : f:1,6/ 12-72 mm zoom électrique/manuel 6 × macro
  • Mise au point ; Autofocus TTL digital – mémorisation
  • Sensibilité : 7 lux
  • Obturateur : 1/50 s à 1/1.000 s
  • Viseur : Electronique 2/3 pouce orientable

Section magnétoscope

  • Format : 8mm
  • Standard : PAL
  • Vitesses de défilement : standard
  • Réponse audio  : –
  • Sorties audio-vidéo : sortie A/V prise mini DIN
  • Dimensions : L × H × P : 99 × 157 × 255 mm
  • Poids : 0,900 kg
  • Autres fonctions : Fondu au blanc – Insertion de la date et de
    l’heure – Compteur temps réel
  • Prix indicatifs : 12.990 F (1.980 €)

Les plus

  • La légèreté et la compacité
  • L’esthétique
  • La qualité des images
  • Les automatismes digitaux
  • Le compteur en temps réel
  • La grande sensibilité
  • Le verrouillage des fonctions magnétoscope par volet
  • La qualité du capteur CCD

Les moins

  • L’arrêt sur image très bruité
  • Le bruit de fond en enregistrement avec le micro intégré
  • La similitude et la proximité excessives des commandes d’alimentation générale et d’éjection
  • L’absence de réglage manuel de l’iris

Un tambour très réducteur

Après la réduction de la taille des cassettes la miniaturisation des composants électroniques, la diminution de volume du magnétoscope intégré a été obtenue grâce à un nouveau mécanisme d’enregistrement. Le diamètre du tambour de tête a été réduit de 40 à 27 mm par un nouveau système d’enroulement de la bande magnétique à 270°.

Ce nouveau tambour à quatre têtes vidéo a permis de réduire la mécanique d’entraînement du VEM-S1 de 57% par rapport à un camescope standard 8 mm.

CV 20

Aller plus loin